CHAOUKI-LI-QACENTINA

CHAOUKI-LI-QACENTINA

emission Bloc et Feuillet N° 02. (2012) FORCE DE L’ARMEE NATIONALE POPULAIRE

Emission

Bloc Feuillet 02/2012

CARACTERISTIQUES

Dessinateur: SID AHMED BENTOUNES

Valeur faciale: 45,00  DA

Format Feuillet : 120 mm x 90mm

Dentelure: 14

Imprimeur: Imprimerie de la Banque d'Algérie.

Procédé d'impression: Offset

Document philatélique: Oblitération 1er jour illustrée affranchie à 45,00 DA.

Vente 1er jour: les Jeudi 05 et Vendredi 06 Juillet 2012 dans les 48 Recettes Principales des postes situées aux chefs- lieux de wilaya et les recettes principales d'Alger 1er novembre, Hussein-dey, Ben-aknoun, Chéraga et Rouïba.

Vente générale: Le Samedi 07 Juillet 2012 dans tous les bureaux de poste.

N° Bloc Feuillet : 21a

 

 

 

Force de l’armée nationale populaire

Gendarmerie Nationale.

La Gendarmerie Nationale, partie intégrante de l'Armée Nationale Populaire, fut créée au lendemain de l'indépendance nationale, en tant que corps militaire à compétence nationale, chargé d'assurer le maintien de l'ordre et l'exécution des lois.

Son organisation est calquée sur le découpage administratif et militaire du pays. Sa compétence s'étend à tous les actes de polices générale, administrative, judiciaire et militaire sur tout le territoire et plus particulièrement dans les campagnes et les zones suburbaines des grandes agglomérations.

Cette Institution a connu depuis sa création à ce jour, différentes étapes qui ont marqué son évolution, tant dans son organisation que dans ses missions.

Pour l'accomplissement de ses missions, la Gendarmerie Nationale dispose d'un Commandement au niveau central, de Commandements Régionaux au niveau des Régions Militaires, d'unités territoriales chargées des missions de police judiciaire, administrative et militaire et de la sécurité routière, d'unités d'intervention chargées spécialement du maintien et du rétablissement de l'ordre public, d'unités de garde-frontières, déployées le long des frontières terrestres du pays pour y assurer la surveillance et lutter contre la criminalité transfrontalière.

La gendarmerie dispose d'unités spécialisées, pour l'accomplissement de missions particulières.

La Gendarmerie Nationale est dotée de moyens aériens pour renforcer les capacités opérationnelles des unités.

Pour assurer le soutien multiforme de ses composantes, la Gendarmerie Nationale dispose d'organes de soutien aux niveaux central, régional et local.

Forces Terrestres

Les Forces Terrestres étaient le noyau principal de l'armée algérienne à travers les époques. L'Armée de l'Emir Abdelkader, qui s'appuyait exclusivement sur d'unités terrestres, a pu faire subir à l'occupant français des pertes considérables lors des batailles dévastatrices.

Les formations terrestres étaient la pierre angulaire de la résistance populaire contre le régime colonial français entre le 19ème siècle et la révolution de libération déclenchée le 1er Novembre 1954 en arrachant ainsi de haute lutte et par la force des armes, l'indépendance et le recouvrement de la souveraineté nationale le 05 juillet 1962.

A l'aube de l'indépendance, l'Armée de Libération Nationale (constituée alors essentiellement du Corps de bataille), s'est converti à l'Armée Nationale Populaire. Par la suite, la vision du Haut Commandement s'est orientée vers la mise sur pied des forces terrestres tel qu'exigé par les armées modernes et par le développement technologique dans le domaine militaire, c'est ainsi que fut la création de la Direction des Armes des Combats en 1971.

L'effort continuel de développement et la structuration des forces terrestres ont abouti en1986 à la création du Commandement des Forces Terrestres (CFT), dans l’optique d’assurer l’accomplissement des missions des armes de combat et les développer pour atteindre un haut niveau de préparation et d'être prêt pour qu'elles soient en mesure de défendre le territoire national, en collaboration avec les différentes forces.

 

Forces de Défense Aérienne du territoire.

Durant la guerre de libération nationale, l'ALN disposait de petites unités de riposte terre-air dotées d'armement à base de canons antiaériens de petit calibre.

Après l'indépendance, ces unités ont été structurées en formations de combat (groupes de DCA) pour la protection du corps de bataille. Le fondement de la chaîne de détection radar nécessaire à la défense aérienne remonte aux années 60.

L'acquisition dans les années 70 des premiers missiles Sol-Air et la création, au sein de la Direction de l'Air, de la Sous-direction de la Défense Aérienne qui n'avait comme moyens de riposte que le vecteur avion, jeta les bases de la Défense Aérienne en tant que composante à part entière de l'Armée Nationale Populaire.

C'est ainsi qu'en 1981 fut créée la Direction de la Défense Aérienne du Territoire (DDAT) structurée au niveau central en Sous Directions et au niveau régional en Zones de Défense Aérienne.

En 1986, la Direction de la Défense Aérienne du Territoire a été rattachée au Commandement des Forces Aériennes sous forme d'une division d'arme.

En 1988, dans le cadre de la réorganisation de l’Armée Nationale Populaire, la DDAT ne fait désormais plus partie des forces aériennes mais un commandement de forces à part entière : le Commandement des Forces de Défense Aérienne du Territoire.

Pour l’accomplissement de ses missions, les Forces de la Défense Aérienne disposent :

- D'un commandement au niveau central, et des commandements régionaux.

- D'un système radar de détection et de contrôle.

- De moyens de riposte en mesure de contrer les menaces aériennes.

A.P

Par : CHAOUKI-LI-QACENTINA

 

 

émission précédenteimage précédenteimage suivanteémission suivante



19/01/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 60 autres membres