CHAOUKI-LI-QACENTINA

CHAOUKI-LI-QACENTINA

 

 

 

 

 

 

Enregistr

Le musée Cirta de Constantine : "un entrepôt" d’histoire en quête de valorisation

Le musée national public Cirta de Constantine, construit sur le modèle architectural gréco-romain, sur une superficie de 2.100 m2, renferme l’une des plus riches collections au pays d’antiquités, de tableaux et de pièces ethnographiques qui en font une destination majeure pour les touristes visitant le cité du Vieux rocher. Ces pièces qui appartiennent aux diverses époques historiques depuis la préhistoire à la phase islamique en passant par celles libyque, punique, romaine et byzantine, relate non pas seulement l’...

Fête annuelle de la distillation de l’eau de rose et de la fleur d’oranger

La fête de la distillation de l’eau de rose et de fleur d’oranger, une tradition intemporelle à Constantine, a été lancée depuis le palais de la Culture Mohamed Laid Al Khalifa dans une ambiance des plus festives. Marquant la reviviscence de la nature dans l’antique Cirta, la fête a donné lieu à une exposition des équipements utilisés traditionnellement pour la distillation, où le suave parfum de plusieurs varié...

L’assemblée populaire nationale évoquée sur un timbre-poste étranger

Mystère algérien en Mongolie La philatélie recèle parfois des bizarreries insoupçonnées ! Pour preuve, cette découverte insolite faite sur un timbre de Mongolie, faisant partie d’un feuillet intitulé «Histoire de l’humanité», émis le 30 décembre 2002. Une saga résumée en une vingtaine de timbres illustrés par des événements et des personnages ayant marqué...

La Pépinière

A cinq kilomètres de Constantine, la Pépinière était un poumon vert pour les habitants, un jardin luxuriant qui avait été créé après la prise de la ville pour acclimater arbres et plantes. L'un des ponts, mais, des " petits ponts «, les moins célèbres, pouvait y mener : le Pont d'Arcole, ouvrage métallique sur le Rhumel, lequel, non loin de là, était rejoint par le Bou Merzoug. On pouvait y aller aussi par la Route de Sé...

Image de la femme sur les timbres algériens (deuxième partie et fin)

De belles choses, malgré tout Il y a bien des choses curieuses qui interpellent lorsqu’on fouille dans le catalogue philatélique algérien à la recherche des représentations de la femme sur les timbres- poste. D’abord, c’est l’image classique de la femme artisane devant son métier à tisser qui marque le milieu des années 1960, avec cette vignette réalisée par Ali Khodja. Cette artisane, douée et ingé...

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

EnregistrerEnregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer