CHAOUKI-LI-QACENTINA

CHAOUKI-LI-QACENTINA

Le patrimoine de Cirta massacré au marteau piqueur

Des citoyens dénoncent et réagissent


Une colère indicible et une forte indignation ont secoué, la matinée d’hier, ceux qui ont assisté au massacre honteux des escaliers en pierre bleue se trouvant au quartier du Coudiat, situés face à la direction de l’Education de la wilaya.

Tôt dans la matinée d’hier, des ouvriers se sont mis à détruire au moyen d’un marteau-piqueur à moteur, dans un fracas assourdissant, une partie des marches de ces escaliers plus que centenaires et dont les marches, taillées jadis par les mains savantes de maitres-artisans, peuvent tenir cent autres années car encore intactes. Les habitants du quartier et les commerçants alentours n’ont pu arrêter les exécuteurs de cette sale besogne, malgré les ressentiments et le haut-le-cœur qu’ils ont éprouvé devant un spectacle aussi désolant. Il a fallu l’intervention salutaire d’Ahmed Benyahia, artiste, militant associatif et ardent défenseur du patrimoine de la ville, pour alerter les autorités et exiger que soit immédiatement mis un terme à ce massacre. Furieux et horripilé de voir le massacre d’un pan renfermant une partie du patrimoine et de la mémoire d’une des plus vieilles cités au monde, il a promptement réagit et tenté de joindre le wali, le maire et le directeur des Travaux publics de la wilaya. Mais en vain et peine perdue car tous ces responsables étaient en congé, « sans doute se prélassaient-ils déjà au bord de la mer après avoir donné ordre à de petits ouvriers de régler son compte à tout ce qui renferme, ne serait-ce qu’une once de la mémoire de cette ville », dira un citoyen dépité par le spectacle.

Finalement, après avoir pu toucher le secrétaire général de la wilaya qui se trouvait en compagnie d’un directeur de la Culture totalement désintéressé par cette affaire et peu soucieux de la préservation et de la sauvegarde du patrimoine, la démolition arbitraire des escaliers du Coudiat a été stoppée, bien qu’une bonne partie des marches de cet escalier a été grossièrement entamée. Ahmed Benyahia qui tentait d’alerter le ministère de la Culture pour dénoncer cette destruction ignoble, a vite été rejoint par d’autres personnalités et citoyens conscients, soucieux et jaloux pour le patrimoine de la ville et de sa mémoire. Noureddine Khelfi, cadre supérieur et président de l’Association Architecture 25 Constantine, n’a pas ménagé ses mots devant ce massacre en règle qui participe d’une tentative pernicieuse de l’effacement de l’identité de la ville et de son histoire véritable. Les habitués du Café Royal au Coudiat, pour la plupart des personnalités de la ville et d’anciens cadres mis en retraite, ont à l’unanimité, exprimé leur indignation et se sont désolés de voir piétiner la mémoire de leur ville par d’autres algériens et des responsables insoucieux devant son héritage plus que millénaire. « Constantine n’a pas attendu la manifestation de 2015 pour devenir capitale. Elle a toujours était une capitale, depuis la nuit des temps, depuis la Numidie…, et nous ne voulons pas qu’elle soit une capitale arabe pour se voir occulter et massacrer à coups de milliards et de marteaupiqueur son identité réelle et son histoire, qui appartiennent à tous les algériens, aux générations futures mais aussi à toute l’humanité ». C’est en ces termes crus que tous ceux qui se sont rassemblés sur les lieux du massacre, ont tenu à répondre aux décideurs qui, pris par le temps et dans la précipitation, s’acharnent sur un patrimoine fragile, qui pour toute intervention exige l’avis des spécialistes et l’aval des citoyens. Quoiqu’il en soit, Ahmed Benyahia, Noureddine Khelfi et les nombreuses personnalités présentes, ont promis de ne pas se taire et de tenter l’impossible pour sauver ce qui peu l’être de ce patrimoine. Aussi, se disent-ils prêts à camper sur les lieux nuit et jour pour empêcher le massacre. En outre, Ahmed Benyahia compte, (dès l’après-midi d’hier), lancer un mouvement citoyen dénommé Maaline Eddar (Les propriétaires de la maison), pour imposer aux responsables de ne plus tenter de toucher au patrimoine de la ville sans au préalable les consulter. D’autres rencontres et actions sont en discussion depuis cet évènement fâcheux et des initiatives concrètes vont incessamment être décidées.

 

Par / Dj. Belkadi

Le Provincial le 13/08/2014

http://leprovincial.com/des-citoyens-denoncent-et-reagissent-le-patrimoine-de-cirta-massacre-au-marteau-piqueur/



13/08/2014
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 61 autres membres