CHAOUKI-LI-QACENTINA

CHAOUKI-LI-QACENTINA

Abdelhak Ouari, philatéliste à Sétif

Pour l’organisation d’un salon de la philatélie à l’occasion de la commémoration du 8 Mai 1945

Après un passage à vide qui aura duré plusieurs années, la philatélie qui fut abandonnée un certain temps est en train de reprendre de plus belle ses activités à la grande joie de ses adeptes.

Ce qui a donné encore plus d’élan et d’ardeur à cet art de collectionner des timbres-poste est l’ouverture à la cité la Pinède, depuis près de deux années, d’une boutique de philatélie et d’anciens objets d’art par un grand passionné Abdelhak Ouari.

Cet amoureux de philatélie pouvait bien opter pour un commerce beaucoup plus rentable sur le plan financier telle une pizzéria, une épicerie, une cafétéria etc. Cette boutique inédite à Sétif et même au niveau national où l’on voit des timbres-poste de collection qui côtoient des anciens objets d’art, des cartes postales, des pièces de monnaie, d’anciens moulins à moudre le café, des porte-clés, des albums, des revues etc.

L’annulation du dernier salon philatélique El Fouara de Sétif qui se déroulait depuis quelques années à l’occasion de la commémoration du 1er Novembre 1954 l’a beaucoup affecté et déçu du motif invoqué de restriction financière de la part de la municipalité.

C’est dans son local entouré de tous ses objets que nous avons rencontré l’une des mémoires philatéliques de Sétif et pourquoi pas aussi du pays puisqu’il a eu à exposer ses timbres un peu partout à travers toutes les régions. Tel un grand passionné, il nous apprend beaucoup de choses à travers notre entretien. Suivons-le…

DK News : Comment se porte la philatélie à Sétif ?

A.Ouari : La philatélie à Sétif marche bien. On est toujours en activité. L’Association philatélie El Fouara participe toujours aux différents salons sur le plan national et international. Nous venons de participer au dernier salon de Blida avec une exposition sur la journée du Chahid intitulée « Algérie à travers les timbres’’.

DK News : Avec l’ouverture de votre nouvelle boutique, vous vous intéressez aussi à d’autres collections, dites- nous lesquelles ?

A.Ouari A part la philatélie, notre association encourage aussi le développement d’autres collections telles les cartes postales, c'est-à-dire, la cartophilie, les pièces et billets de banque, la numismatique, les vieux papiers, celle des anciennes revues philatéliques et autres, des étiquettes de fromage ou je tiens à signaler que je suis le premier à le faire en Afrique du nord. Une nouveauté en Algérie c’est la collection des capsules de bouteille de limonade.

Dk news : Vous venez d’ouvrir une boutique consacrée à la philatélie et aux objets d’art anciens, en quelque sorte une caverne d’Ali Baba. Pourquoi une telle enseigne et pas une pizzéria, un café, alimentation générale et autres plus rentables et qui rapporte plus d’argent ?

A.Ouari : Je suis philatéliste depuis plus de trente ans. J’ai toute la collection complète de 1924 à nos jours. Je l’ai fait par amour et par plaisir du timbre. J’ai vu aussi que dans ce domaine, le matériel philatélique et tout ce qui est collection manquaient beaucoup à Sétif. C’est aussi par passion que j’ai ouvert la première boutique consacrée à cet art et aux objets anciens, sorte de caverne d’Ali Baba où le collectionneur trouve tout ce qu’il cherche et qui l’intéresse pour son hobby.

Dk news : Malgré des efforts entrepris ici et là, notamment par d’anciens collectionneurs, ces dernières années il y a peu d’engouement pour la philatélie, notamment de la part des jeunes. Que doit-on faire pour y remédier à cette situation ? Quelles sont les perspectives dans ce domaine pour la développer encore davantage auprès des jeunes et des enfants ?

A.Ouari : Justement pour la développer encore davantage, depuis quelques années nous y travaillons grâce à l’organisation de ces cinq salons dédiés à la philatélie ici à Sétif. Depuis nous avons eu beaucoup de demandes pour adhérer à notre association. J’ai moi-même ouvert beaucoup de comptes philatéliques à la poste de Sétif pour des collectionneurs. Actuellement, nous sommes plus d’une centaine de philatélistes à Sétif. Chaque jour, nous enregistrons des débutants, des petits enfants qui s’y intéressent à cet art de la collection et du plaisir du timbre-poste.

Dk news : Justement vous parliez de salon philatélique de Sétif qui se tenait chaque année à l’occasion de la commémoration du 1er Novembre 1954. En 2016, contrairement aux années précédentes, il n’a pas eu lieu.  Peut-on connaitre les raisons ?

A.Ouari : C’est tout simplement un problème de financement. Les autorités locales, c'est-à-dire l’APC a refusé de nous parrainer prétextant la restriction budgétaire. Cela m’a beaucoup déçu et affecté.

Dk news : Est-ce que vous ne prévoyez pas un autre de substitution pour l’organiser à l’occasion de la commémoration des massacres du 8 Mai 1945 par exemple ?

A.Ouari : On est en train de tout faire pour essayer d’organiser un salon de philatélie, cartophilie et numismate pour la commémoration de cette date en mai prochain. J’espère trouver de l’aide auprès des responsables concernés.

Dk news : Justement quel est votre message pour les autorités locales pour développer cet art de la collection des timbres-poste ?  

A.Ouari : L’Association de philatélie El Fouara de Sétif a eu l’honneur et ce, à plusieurs reprises de représenter notre ville et notre pays dans plusieurs expositions et manifestations culturelles, tant sur le plan national qu’international.

A ces occasions, nous avons été récompensés par plusieurs médailles. J’ai été aussi honoré en France et en Arabie Saoudite où j’ai représenté la ville de Sétif et l’Algérie lors d’une exposition internationale. A cet effet, nous lançons un appel aux autorités locales et à leur tête le wali de Sétif pour nous venir en aide afin de développer encore davantage cet art pour ne pas le laisser mourir.

Dk news : Qu’a rapporté votre boutique à la ville de Sétif depuis son ouverture par exemple ?

A.Ouari : Les gens sont en train de découvrir des nouveautés dans plusieurs domaines.  Je reçois chaque jour des collectionneurs qui viennent de partout des différentes régions du pays, des philatélistes, des numismates, des cartophiles etc., pour échanger, acheter, vendre comme vous venez de le voir avec ceux qui sont venus de Batna, Skikda et Constantine. Des personnes restent étonnées devant des objets anciens ou la richesse de la philatélie.

Dk news : Des projets en vue ?

A.Ouari : Oui, nous avons un projet. Notre association travaille pour la création d’un grand club pour l’initiation de la philatélie, notamment pour les enfants, les jeunes et pour tous ceux qui s’intéressent à cet art.

Nous voulons le développer auprès de la junte juvénile qui reste encore méconnu.  Nous comptons aussi toucher les responsables de la direction de l’éducation pour leur demander de nous autoriser à consacrer quelques minutes chaque semaine dans un établissement scolaire pour expliquer et donner des cours d’initiation gratuitement aux enfants et aux écoliers le sens et la valeur du timbre-poste à travers le monde.

Par/ Azzedine Tiouri

DK News



05/03/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 61 autres membres