CHAOUKI-LI-QACENTINA

CHAOUKI-LI-QACENTINA

(emission 08/1998) RESISTANCE DES ZAATCHA (1848-1849)

Emission

08/1998

CARACTERISTIQUES

Dessinateur: SID AHMED BENTOUNES

Valeur faciale: 5,00 DA

Format: 45mm x 30mm 

Dentelure: 14

Imprimeur: Imprimerie de la Banque d'Algérie.

Procédé d'impression: Offset

Document philatélique: Une enveloppe 1er jour illustrée à 2,00 DA affranchie à 07,00 DA avec oblitération 1er jour.

Vente 1er jour: les Mercredi 20 et Jeudi 21 Mai 1998 dans les Recettes Principales des postes D'ADRAR-ECH-CHELIFF- LAGHOUAT-OUM EL BOUAGHI-BATNA -BEJAIA-BISKRA-BECHAR-BLIDA-BOUIRA-TAMANRASSET- TEBESSA - TLEMCEN- TIARET- TIZI-OUZOU-ALGER-DJELFA-JIJEL-SETIF-SAIDA -SKIKDA-SIDI BEL ABBES-ANNABA-GUELMA-CONSTANTINE-MEDEA -MOSTAGANEM-M'SILA-MASCARA-OUARGLA ET ORAN.

Vente générale: Le Samedi 23 Mai 1998 dans tous les bureaux de poste.

N° : 1167

 

 

 

Résistance des Zaâtcha (1848-1849)

La résistance des Zaâtcha compte parmi les plus importantes révoltes ayant marqué la lutte contre la présence coloniale et a eu une grande influence sur le peuple algérien.

Déclenchée dès 1848 dans la région des Zibans-Dahraoui, précisément dans l’oasis des Zaâtcha, à 35 km au sud-ouest de Biskra, cette résistance a été conduite par Bouziane, cheikh des Zibans, en compagnie de résistants, tel Mohamed Ben Abderrahmane, qui ont combattus aux côtés de l’Emir Abdelkader. Exaspérés par la présence étrangère sur leur sol, souffrant économiquement dans cette région des Oasis, en raison de la spoliation de leurs terres, de la dégradation des récoltes, ainsi que d’un drastique levé d’impôts, les habitants de l’oasis s’organisent grâce aux compagnons de l’Emir Abdelkader pour faire face à l’occupation française. Tentant d’isoler la résistance en la limitant dans la région des Zaâtcha pour éviter son extension à d’autres régions, l’armée d’occupation regroupe 4 493 hommes venus de l’Est algérien en les concentrant à Meïda et à Lichana, à 500 m de la zaouïa de Cheikh Bouziane. La zone est encerclée pendant deux mois. Des canons sont installés et des bombardements ordonnés pour faire une brèche dans les murs qui entouraient la zaouïa et faciliter l’attaque. De violents combats se déroulent et de nombreuses pertes sont dénombrées dans les rangs des forces d’occupation. Tous les habitants prennent les armes et se regroupent dans l’oasis, attaquant de jour comme de nuit.

De nombreux volontaires rejoignent les rangs de la résistance des habitants de l’oasis face à l’armée française laquelle procède au renforcement de ses troupes qui passent de 11 000 à 19 267 soldats et fait venir un important matériel de guerre.

Après une résistance héroïque, Cheikh Bouziane et son fils Hadj Moussa tombent en martyrs et leurs têtes sont exhibées aux portes de Biskra. Le nombre de pertes dans le camp algérien est très lourd : 800 morts. La totalité des Oasis seront réoccupées en 1849.

Aussitôt l’oasis investie, l’armée française commet les pires sévices en exécutant 1 500 personnes et en coupant

10 000 palmiers. Tous les acteurs de cette répression furent promus à de hautes fonctions par les autorités coloniales de l’époque.


P.T.T

Par : CHAOUKI-LI-QACENTINA

 

émission précédenteimage précédenteimage suivanteémission suivante

 



28/12/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 61 autres membres