CHAOUKI-LI-QACENTINA

CHAOUKI-LI-QACENTINA

(emission 10/1997) 1997-20EME ANNIVERSAIRE DE LA MORT DE MOUFDI ZAKARIA

Emission

10/1997

CARACTERISTIQUES

Dessinateur: KRIM  KAMARDINE

Valeur faciale: 5,00 DA

Format: 29mm x 41mm 

Dentelure: 14

Imprimeur: Imprimerie de la Banque d'Algérie.

Procédé d'impression: Offset

Document philatélique: Une carte philatélique 05,00 DA affranchie à 10,00 DA avec oblitération 1er jour.

Vente 1er jour: les Dimanche 17 et Lundi 18 Août 1997 dans les Recettes Principales des postes D'ADRAR-ECH-CHELIFF- LAGHOUAT-OUM EL BOUAGHI-BATNA -BEJAIA-BISKRA-BECHAR-BLIDA-BOUIRA-TAMANRASSET- TEBESSA - TLEMCEN- TIARET- TIZI-OUZOU-ALGER-DJELFA-JIJEL-SETIF-SAIDA -SKIKDA-SIDI BEL ABBES-ANNABA-GUELMA-CONSTANTINE-MEDEA -MOSTAGANEM-M'SILA-MASCARA-OUARGLA ET ORAN.

Vente générale: Le Mardi 19 Août 1997 dans tous les bureaux de poste.

N° : 1152

 

 

 

1997-20ème Anniversaire de la Mort

De Moufdi Zakaria

Moufdi Zakaria Al Cheikh est né le 12 juin 1908 à Béni Izguen (wilaya de Ghardaïa) où il a suivi ses études. Il les  poursuivit dans des écoles tunisiennes et les acheva à la mosquée Zaïtouna de Tunis.

Dès le début des années 1930, il s’engage dans l’action politique et patriotique. Il était, à ce titre, un militant actif au sein de l’Association des étudiants musulmans Nord-Africains, ainsi que dans l’Etoile nord-africaine, puis successivement au Parti du peuple algérien, au Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques et enfin au Front de libération nationale.

Il a contribué à l’activité littéraire et politique dans tout le Maghreb. De 1937 à 1959, il a été emprisonné à cinq reprises. Il a occupé le poste de secrétaire général du Parti du peuple algérien et de rédacteur en chef du journal Echaâb qui appelait à l’indépendance de l’Algérie dès 1937.

Sa poésie reflète la réalité algérienne et maghrébine à travers les différentes phases du combat de 1925 à 1977. Il était partisan de l’union des pays du Maghreb. Ses poésies se caractérisent par une sincérité dans l’expression et une éloquence dans les paroles. Il excellait dans la poésie patriotique.

Il est le parolier des chants de la Révolution et de l’hymne national Qassaman, ainsi que de plusieurs chansons populaires.

Il possède une riche production littéraire dont une partie n’est pas encore éditée. Parmi ses œuvres, on peut citer La Flamme sacrée, A l’ombre des oliviers, Inspiration de l’Atlas et sa merveille éternelle L’Iliade algérienne.

Il est décédé le premier jour du mois sacré de Ramadhan de l’année 1397 de l’hégire, correspondant au 17 août 1977, à Tunis et a été inhumé à Béni Izguen.

Ext. « La Flamme sacrée».  

P.T.T

Par : CHAOUKI-LI-QACENTINA

 

 

émission précédenteimage précédenteimage suivanteémission suivante



11/01/2013
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 61 autres membres