CHAOUKI-LI-QACENTINA

CHAOUKI-LI-QACENTINA

(emission 11/1986) PORTES DE MOSQUÉES ALGÉRIENNES

Emission

11/1986

CARACTERISTIQUES

Dessinateur: MOHAMED TEMMAM

Valeur faciale: 2,00 et 2,40 DA

Format: 33mm x 48,5mm

Dentelure: 11¾ x 11 ½  

Imprimeur: Courvoisier.

Procédé d'impression: Offset

Document philatélique: Une enveloppe 1er jour illustrée à 1,00 DA affranchie à 5,40 DA avec oblitération illustrée 1er jour.

Vente 1er jour: Les Jeudi 25 et Vendredi 26 Septembre 1986 dans les Recettes Principales des postes D'ADRAR-ECH-CHELIFF- LAGHOUAT-OUM EL BOUAGHI-BATNA -BEJAIA-BISKRA-BECHAR-BLIDA-BOUIRA-TAMANRASSET- TEBESSA - TLEMCEN- TIARET- TIZI-OUZOU-ALGER-DJELFA-JIJEL-SETIF-SAIDA -SKIKDA-SIDI BEL ABBES-ANNABA-GUELMA-CONSTANTINE-MEDEA -MOSTAGANEM-M'SILA-MASCARA-OUARGLA - ORAN.

Vente générale: Le Samedi 27 Septembre 1986 dans tous les bureaux de poste.

N° Y&T: 876-877

N° AP : 548-549

 




PORTES DE MOSQUÉES ALGÉRIENNES

PORTE DE LA MOSQUEE SIDI BOUMEDIENE

Tlemcen  C’est en 1339 (739 de l’hégire) que le sultan Abou Al Hassan  construisit la mosquée d’El Eubbad comme annexe au tombeau de  Sidi Boumediène, manifestant par là sa piété pour le grand mystique  andalou.

Le porche de cette mosquée est prestigieux. Une grande  arcade en forme de fer à cheval dépassant 7 m et large  de 3 m encadre la porte. Dans le rectangle qui la chevauche, s’enlacent  des arabesques en faïences blanches, brunes, vertes et  jaunes, au-dessus une bande de mosaïques déroule une inscription  en guise de dédicace : «Louange au Dieu unique.

L’érection de cette  mosquée a été ordonnée par notre maître le sultan serviteur de  Dieu, Ali, fils de notre seigneur le sultan Abou Saïd Othman, fils de  (…), que Dieu le fortifie et lui accorde Son secours –. En l’année  739 (1339).» Dominant le ruban épigraphique, une frise de 5 rosaces  dont le centre est une étoile octogonale et qui se joignent les unes  aux autres au moyen de chevrons disposés sur quatre bandes  verticales.

A environ 2 m du sol, les faces intérieures du porche sont  sillonnées d’arabesques. Une lourde porte en cèdre, à deux  battants, revêtue de lames de bronze, sépare le vestibule de  l’oratoire de cette vénérable mosquée. 

PORTE DE LA MOSQUEE SIDI OKBA IBN NAFAA

Biskra A l’endroit même où était tombé dans un combat héroïque Sidi Okba  Ibn Nafaâ, vers l’an 683 de l’ère chrétienne, fut érigée une  mosquée dont le décor archaïque relève de la très vieille tradition  berbère. Quelque 350 ans après l’inhumation du héros musulman,  son mausolée dut recevoir de remarquables enrichissements,  notamment sa belle porte d’entrée en bois de cèdre. Les deux  battants qui la composent sont renforcés par trois traverses sculptées  et rehaussées de rangées de clous à tête de cuivre.

L’encadrement  de cette porte ainsi que le fronton qui la couronne sont sculptés de  motifs superposés et variés dont le style se rattache à l’art fatimide.  C’est le plus ancien spécimen parmi les travaux sur bois qui a pu  être inventorié en Algérie.

Téléchargement de la notice

P.T.T

Par : CHAOUKI-LI-QACENTINA

 

émission précédente image précédenteimage suivante émission suivante



28/09/2013
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 61 autres membres