CHAOUKI-LI-QACENTINA

CHAOUKI-LI-QACENTINA

Notre monde souterrain prend les airs par les timbres

 

Algérie poste vient ces jours ci d’éditer deux timbres sur les grottes d’Algérie. Le premier site concerne la grotte merveilleuse de Jijel et le second celle de Ain Fezza à Tlemcen. C’est une première. Mais, s’il y a lieu de noter cette initiative, le maître aurait souligné « peut mieux faire ». Effectivement, ces deux cavités sont loin, très loin d’être les exemples les plus forts de notre patrimoine souterrain, même s’ils sont les plus médiatisées.

Et pourtant, dés la conception de ce produit, les spéléologues algériens ont pris attache avec la sous direction philatélie d’Algérie poste, pour leur expliquer longuement l’évidence de mettre en avant, et par priorité, les sites les plus importants. Ces derniers, sont le Gouffre du Léopard ou Anou Ifflis (situé sur les hauteurs du Djurdjura) et Ghar Boumâaza à Tlemcen. Les deux sites d’aventure extrême sont répertoriés dans la littérature universelle comme étant les plus importants d’Afrique. Le premier, à coups de puits multiples, descend à plus de 1150 m et est agrémenté de tâches mondialement exceptionnelles par leur ampleur. Le deuxième est en fait une rivière souterraine qui s’étire sur plus de 18 km et demi avec de longs bassins d’eau de 5 m de profondeur. Finalement, notre administration a opté par ces deux émissions, pour la solution de facilité. Résultat : deux timbres de mauvaise facture. N’ayant pas pu s’appuyer sur des documents fiables, le talentueux dessinateur Ali Kerbouche n’a pas pu restituer l’image réelle des lieux. Sur le plan du texte, le philatéliste a de très faibles données, très générales où l’essentiel est occulté. Algérie Poste avait en fait prévu d’émettre deux autres timbres illustrant les grottes.

L’un concernant une cavité à Oum El Bouagui et l’autre à Skikda. Deux cavités « recommandées » mais banales par rapport à des dizaines de cavernes d’un intérêt incomparable à tout point de vue. Néanmoins, cette institution semble après coup, reconnaitre son erreur et promet de rectifier le tir en s’appuyant sur des professionnels du domaine, les spéléologues. Ainsi, les « pauvres » Anou Ifflis et Ghar Boumaaza figureront en 2011. Ils seront émis en blocs feuilletés pour toute la place qu’ils méritent. Il est clair que le souci de la recherche de la vérité passe par la sollicitation des compétences et la vérification de l’information. L’inverse donnera - à l’image de notre chaine TV et certains articles de notre presse – des informations erronées, annoncées de temps à autre et doctement, comme par exemple « la grotte touristique de Benni Add à Aïn Fezza, se développe sur 150 km, jusqu’au Maroc, et elle est l’une des plus belles au monde ! ». La vérité est tout autre. Explorée au début du siècle dernier, cette grotte qui suscite des fabulations ne dépasse pas les 400 m topographiés !

(emission 11/2010) LES GROTTES D’ALGERIE


Rachid Safou 

Par : CHAOUKI-LI-QACENTINA



07/08/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 61 autres membres