CHAOUKI-LI-QACENTINA

CHAOUKI-LI-QACENTINA

Parc national de Djebel AÏssa

PARC NATIONALE

DJEBEL AÏSSA

 

Comme tous les parcs nationaux, les objectifs de la création du Parc National De Djebel Aïssa sont la conservation de la faune, de la flore, du sol, en général tous les écosystèmes naturels présentant un intérêt particulier à préserver. Il a été créé officiellement par décret exécutif n003-148 du 29 mars 2003. S'étendant sur une superficie de 24 400 ha et situé dans la wilaya de Naama, le Djebel Aïssa fait partie de l'ensemble montagneux des monts des Ksours, partie occidentale extrême de l'Atlas Saharien. Le Djebel Aïssa s'insère dans un ensemble fluvio-deltaïque, ces formations sillico-c1astiques constituent les grès des Ksours, il culmine à une altitude de plus de 2 200 m.

Sur le plan floristique, le Djebel Aïssa présente une végétation de type tellienne dont l'installation remonterait au début du quaternaire et qui renferme une liste d'espèces endémiques menacées de disparition.

La plus grande partie de cette région est occupée par des formations steppiques graminéennes, chaméphytiques ou mixtes.

Ces steppes sont représentées par l'alfa, l'armoise blanche ou par des mélanges à alfa, sparte et armoise blanche.

Dans les dépressions s'installent les jujubiers et les pistachiers de l'Atlas.

L'Atlas saharien est par contre forestier occupé par les genévriers de phoenicie. En altitude apparaît le chêne vert, le genévrier oxycédre et le pin d'Alep.

La faune rencontrée dans le territoire du parc est représentée essentiellement par: le lièvre, le sanglier, le chacal, le renard et une série d'espèces ayant existé en abondance auparavant telles l'outarde, le porc épic, le mouflon à manchettes, la gazelle dorcas, etc...

L'avifaune est représentée par près de 25 espèces figurant toutes sur la liste des espèces d'oiseaux à protéger.

Le Parc National de Djebel Aïssa représente un majestueux sanctuaire qu'il faut impérativement protéger contre toute atteinte. En effet, les monts des Ksours, particulièrement Tiout, renferment une cinquantaine de stations de gravures rupestres considérées comme les premières découvertes au monde et qui risquent d'être totalement endommagées.

Parcs Nationaux & Réserves Naturelles



19/06/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 76 autres membres