CHAOUKI-LI-QACENTINA

CHAOUKI-LI-QACENTINA

Parc National du Djurdjura

Parc National de Djurdjura

le vautour fauve emblème du parc

Comme tous les parcs nationaux, les objectifs de la création du Parc National du Djurdjura sont la conservation de la faune particulièrement le Singe magot, de la flore, du sol, du sous-sol, en général tous les écosystèmes naturels présentant un intérêt particulier à préserver. Il a été créé officiellement par décret n°83-460 du 23 Juillet 1 983.


Le Parc national du Djurdjura se trouve dans la partie nord de l'Algérie à environ 40 km à vol d'oiseaux de la mer et 1 50 Km à l'Est d'Alger et s'étend sur une superficie de 1 8 850 Ha. Du point de vue administratif, le Parc National du Djurdjura intègre des portions de territoire des wilayat de Brouira et de Tizi Ouzou. Le relief du Djurdjura offre des vestiges de phase orogénique, pyrénéenne et alpine. Ce massif subit les influences maritimes du Nord et continentales du Sud.

La végétation du parc est de type méditerranéen, elle est composée en majorité de cèdre de l'atlas et du chêne vert plus ou moins mélangés selon l'altitude. Les principales forêts rencontrées sont :

-  La forêt méditerranéenne d'essences à feuilles persistantes dont les principales espèces sont le Chêne vert, le Chêne liège, le houx.

-  La forêt méditerranéenne d'essences à feuilles caduques dont les principales espèces sont l'Erable à feuilles obtus, l'Erable de montepellier, l'Erable de champêtre, Prunus avium, le chêne zeen.

-  La forêt méditerranéenne d'essences résineuses dont les principales espèces sont : le Cèdre de l'Atlas, le Pin noir, le pin d'Alep, l'if.

Malgré la grande variété de la flore, un grand nombre d'espèces se trouve menacé d'extinction. Le Parc National du Djurdjura abrite plus d'une vingtaine de mammifères représentés par : le Singe magot, l'hyène rayé, la mangouste, le chacal doré, le serval, la genette, le porc épie et la belette. Avec les 129 espèces d'oiseaux, le Djurdjura apparaît comme l'un des massifs les plus riches en oiseaux du nord de l'Algérie. Ce beau massif représente le lieu de prédilection des rapaces dont les plus importants l'aigle royal, le vautour fauve, le gypaète barbu, le perenoptère d'Egypte, l'aigle de bonelli, le Faucon crécerelle, la buse féroce, la chouette hulotte, le hibou grand duc. Comme autres espèces d'oiseaux, il existe la grive musicienne, le rossignol philonèle, le bec croisé des sapins, le pic vert, huppe fasciée.

- L'Entomofaune est assez riche et diversifiée entre insectes nuisibles (chenilles processionnaires) et espèces utiles (coccinelle à sept points et Chryosope).

-  Comme Amphibiens, nous signalons la présence de Discoglosse peint.

- Pour les reptiles, on note la présence du lézard ocellé, le caméléon commun, la couleuvre algérienne.

La plus grande partie de cette faune se trouve menacée d'extinction.

Du point de vue curiosité naturelle, le parc est constitué des plus belles forêts de la région telles les forêts d'Ait Ouabane, de Tigounatine. On y découvre aussi les trois grands massifs (le Haizer avec le Djebel Tachguerguelt, le col blanc, le pic des cèdres), la dent du Lion ainsi que de superbes et vastes pelouses.

Comme on peut trouver et visiter les grottes du Makabé et du Léopard, le gouffre le plus profond
d'Afrique dont la profondeur est encore indéterminé (près de Tikjda).




04/11/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 75 autres membres