CHAOUKI-LI-QACENTINA

CHAOUKI-LI-QACENTINA

Site naturel de la ville

La grotte des Ours vandalisée

 

Au mois de décembre 2014, nous avions signalé dans nos colonnes l’état de dégradation dans lequel se trouvait la grotte des Ours, située sur le site de l’ancien bidonville Fedj Errih, rasé au cours de l’année 2014, et se trouvant à quelques encablures de la cité Emir Abdelkader.

Une situation révélée par des membres du club de spéléologie de Constantine, qui nous avaient invités à une randonnée pédestre sur les lieux. Plus d’une année après, le site a subi le pire des sorts, après avoir été évacué par ceux qui l’ont transformé en étable. Un fait que nous avions relaté, mais qui n’a suscité aucune réaction de la part des autorités de la ville. Il semble que ces dernières ne prêtent aucune attention aux vestiges naturels et historiques du Vieux Rocher, dont le patrimoine subit toutes sortes de bradages. Ainsi, la Grotte des Ours a connu des actes de vandalisme ces dernières semaines, rapportés par le club de spéléologie de Constantine, dont les images se passent de tout commentaire.

Actuellement, la grotte a été complètement souillée, avec des tas d’ordures et de détritus jonchant les lieux. La nuit, le lieu devient une beuverie. Une situation qui renseigne sur le peu de considération affiché pour des lieux qui attiraient autrefois de nombreux touristes, mais cela fait désormais partie de l’histoire. A propos d’histoire, la grotte des Ours, située dans le rocher de Sidi M’cid, surplombant la voie ferrée menant vers Skikda, parallèlement à la route de la Corniche, est classée parmi les merveilles naturelles de la ville du Vieux Rocher.  Le site avait fait l’objet de recherches et de fouilles, effectuées durant l’époque coloniale, et dont les résultats avaient été publiés dans la célèbre Revue africaine.

On avait établi à l’époque que la grotte avait été habitée par l’homme de Néanderthal qui vivait dans la région vers 45 000 avant J.-C. Pour rappel, cette grotte figurait sur le parcours du chemin tracé par les guides montagnards durant l’époque coloniale, où plusieurs sites naturels préhistoriques étaient visités par de nombreux touristes étrangers. Une activité qui s’est poursuivie après l’indépendance et a cessé pendant la décennie du terrorisme.   

Par/Arslan Selmane

El Watan



27/01/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 76 autres membres