CHAOUKI-LI-QACENTINA

CHAOUKI-LI-QACENTINA

Aïn El Hammam (Tizi Ouzou)

Randonnées en haute montagne


Des randonnées bimensuelles, à la découverte de la Kabylie, sont organisées par la direction de la jeunesse et des sports de la wilaya de Tizi Ouzou depuis mars dernier.

Les férus de la marche trouvent ainsi l’occasion de s’adonner à leur sport favori, tout en découvrant les faces cachées de nos montagnes. Peu de gens connaissent en effet, des lieux aussi réputés qu’Azrou N’Thour, la grotte du Macchabée ou encore le lac Agoulmine et autres.

Ces promenades sont destinées aux adeptes de la marche à pied des deux sexes, assoiffés de l’air pur de nos montagnes. Les premiers groupes de vingt-deux éléments chacun, qui ont eu à découvrir les paysages magiques du Djurdjura en sont revenus émerveillés.

Anter Aït Sai, un encadreur habitant le village de Tirourda, connaît la montagne mieux que quiconque pour y emmener les randonneurs visiter les moindres recoins du parcours, de son village jusqu’à Azrou N’Thour, d’où l’on domine une grande partie de la région. Les randonneurs reviennent fatigués, mais heureux. Ceux qui partent pour la première fois en montagne découvrent des paysages à couper le souffle.

Pour faire profiter pleinement les participants et dans un souci de leur sécurité, les organisateurs limitent leur nombre à 22 personnes pour chaque session, guidés par trois encadreurs. Il faut noter que les moins de seize ans ne sont pas concernés par ces sorties plein air. Les objectifs assignés à ces randonnées dont le programme s’étale de mars à juin, sont variés.

Ils consistent à «sensibiliser les participants à la protection de la nature et de l’environnement», «à stimuler les jeunes à la pratique des loisirs sportifs en montagne et ses techniques» ou encore en «la découverte du patrimoine culturel naturel et touristique de notre région». Les itinéraires retenus sont, en ce sens, très édifiants. On ne peut rêver de meilleurs parcours que Tirourda-Azrou n’Thor ou de Tizi L’Djamaa vers la grotte du Macchabée ou encore de Thala Guilef vers le lac Agoulmime, dont les paysages subjuguent le touriste.

Notons que certains endroits, restés vierges de toute saleté, jusqu’à maintenant, risquent de devenir des dépotoirs à plus de deux mille mètres d’altitude par la faute de campeurs sans scrupules qui abandonnent des détritus sur les lieux.  Des opérations de nettoyage seraient les bienvenues. 

 

Par/N. B.

El Watan



19/04/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 76 autres membres