CHAOUKI-LI-QACENTINA

CHAOUKI-LI-QACENTINA

(emission 01/1997) BOISERIES D'ART

Emission

01/1997

CARACTERISTIQUES

Dessinateur: KRIM  KAMARDINE

Valeur faciale: 5,00  DA

Format: 25mm x 35mm 

Dentelure: 14

Imprimeur: Imprimerie de la Banque d'Algérie.

Procédé d'impression: Offset

Document philatélique: Une enveloppe 1er jour illustrée à 2,00 DA affranchie à 30,00 DA avec oblitération 1er jour.

Vente 1er jour: les Mercredi 15 et Jeudi 16 Janvier 1997 dans les Recettes Principales des postes D'ADRAR-ECH-CHELIFF- LAGHOUAT-OUM EL BOUAGHI-BATNA -BEJAIA-BISKRA-BECHAR-BLIDA-BOUIRA-TAMANRASSET- TEBESSA - TLEMCEN- TIARET- TIZI-OUZOU-ALGER-DJELFA-JIJEL-SETIF-SAIDA -SKIKDA-SIDI BEL ABBES-ANNABA-GUELMA-CONSTANTINE-MEDEA -MOSTAGANEM-M'SILA-MASCARA-OUARGLA ET ORAN.

Vente générale: Le Samedi 18 Janvier 1997 dans tous les bureaux de poste.

N° : 1126-1127

 

 

 

BOISERIES D’ART

En Algérie, le métier de la boiserie et de la décoration du bois constituait une activité qui reflète et véhicule de fort belle manière deux valeurs : l’exigence esthétique et l’utilité pratique. Plusieurs sortes de bois étaient utilisées dans ce métier tels le thuya, le cèdre, le pin, le chêne vert, le chêne-liège, le poirier et l’olivier. Les principaux centres du bois se trouvaient à Alger, en Kabylie, à Tlemcen et dans certaines régions du Sud. Les principaux ouvrages en bois produits sont les coffres peints ou sculptés, les tables basses, les berceaux peints, les porte-Coran, les portes, les chaires à prêcher, etc.

Porte de la mosquée Ketchaoua – Alger

Cette grande porte en bois sculpté est une œuvre attribuée à Ahmed Ben Lablatchi qui fut amin (syndic) de la corporation des menuisiers à Alger à la fin du XVIIe siècle. Cette porte faite pour la mosquée Ketchaoua fut, en 1843, après la transformation de cet édifice, transportée à la mosquée Ali-Bitchin, puis mise en dépôt au Musée national des antiquités à Alger, où elle se trouve exposée dans la salle dite de la coupole.

Inscription du minbar de la mosquée de Nedroma – Tlemcen*

Cette inscription est gravée sur une plaque de cèdre. Elle a la forme d’un cintre surhaussé de 1 m de hauteur et de 0,72 m de largeur et se trouve actuellement déposée au Musée national des antiquités à Alger.

Elle comprend deux parties, la première se déroule sur le pourtour et ne compte qu’une seule ligne, le second orne la partie centrale de la plaque et comporte onze lignes dont plusieurs sont effacées. Les caractères coufiques qui composent l’inscription sont d’une beauté et d’une pureté rarement égalées.

Les historiens ne sont pas arrivés à se mettre d’accord sur le nom du prince mentionné sur la chaire de cette mosquée. Il peut être admis que cette chaire a été fabriquée sous le règne de Youcef Ibn Tachfin, et même précisé qu’elle l’a été avant 479 hégire/1086, date de la victoire de Zallaga remportée par les Almoravides sur les chrétiens d’Espagne. Car après cet événement, le chef Lamtûna devint Amir El Muslimin (commandeur des musulmans) et n’aurait pas toléré qu’on lui donnât le simple titre d’Al Amir Al Sayyid (prince souverain).

* In Les Inscriptions commémoratives des mosquées d’Algérie de Rachid Bourouiba.

P.T.T

Par : CHAOUKI-LI-QACENTINA

 

 

émission précédenteimage précédenteimage suivanteémission suivante



11/01/2013
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 61 autres membres