CHAOUKI-LI-QACENTINA

CHAOUKI-LI-QACENTINA

(emission 03/1987) GRAVURES RUPESTRES DE L’ATLAS

Emission

03/1987

CARACTERISTIQUES

Dessinateur: M. D. CHAKER

Valeur faciale: 1,00 – 2,90 et 3,30 DA

Format: 38,1mm x 31,4mm 

Dentelure: 11 ½ x 11 ¾   

Imprimeur: Courvoisier

Procédé d'impression: Héliogravure

Document philatélique: Une enveloppe 1er jour illustrée à 1,00 DA affranchie à 8,20 DA avec oblitération illustrée 1er jour.

Vente 1er jour: Les Jeudi 26 et Vendredi 27 Mars 1987 dans les Recettes Principales des postes D'ADRAR-ECH-CHELIFF- LAGHOUAT-OUM EL BOUAGHI-BATNA -BEJAIA-BISKRA-BECHAR-BLIDA-BOUIRA-TAMANRASSET- TEBESSA - TLEMCEN- TIARET- TIZI-OUZOU-ALGER-DJELFA-JIJEL-SETIF-SAIDA -SKIKDA-SIDI BEL ABBES-ANNABA-GUELMA-CONSTANTINE-MEDEA -MOSTAGANEM-M'SILA-MASCARA-OUARGLA ET ORAN.

Vente générale: Le Samedi 28 Mars 1987 dans tous les bureaux de poste.

N° Y&T: 892-893-894

N° AP : 565-566-567

 

 

GRAVURES RUPESTRES DE L’ATLAS

Situées dans les régions de grande concentration d’art rupestre de  l’Atlas saharien que sont le djebel Amour et les monts des Ouled  Naïl, ces trois gravures rupestres comptent parmi les pièces  maîtresses de l’art préhistorique maghrébin. Elles appartiennent à  la période du bubale ou buffle antique (8 000-6 000 ans avant l’ère  chrétienne).

De style naturaliste et de grandes dimensions, ces  gravures figurent parmi les plus belles et les plus anciennes oeuvres  de l’art rupestre du Maghreb. 

*Gravure de Boualem  Devenue célèbre dans le monde des spécialistes de l’art rupestre,  la gravure, connue sous l’appellation Bélier de Boualem, se trouve  dans la commune de Boualem, localité située à mi-chemin entre  El Bayadh et Aflou.  Gravée sur une paroi gréseuse verticale, la figure représente un bélier  mesurant 1,50 m de hauteur. L’animal est tracé en profil relatif, membres  joints deux à deux. Les lignes ondulées figurent le poil.  L’oeil est soigneusement souligné, alors que la tête, au museau  bosselé et surmontée par un sphéroïde, se prolonge par un pendant  de joue frangé, denté sur l’un des bords. Il est orné de rameaux  courbés qui pourraient être des plumes ou des branches. Une partie  du cou est polie, l’absence de poils à cet endroit pouvant faire faire  penser à une tonte. Le bélier est paré d’un collier orné d’un chevron  auquel s’attache une ligne festonnée qui souligne le garrot et l’échine.  Quant aux ornements et attributs qu’il porte, ils attestent non  seulement que cet animal était domestiqué, mais qu’il était peut-être  l’objet d’un culte. 

*Gravure rupestre de Aïn Naga  Cette gravure que la légende locale désigne sous l’appellation  Amoureux timides est située dans une anfractuosité de rocher,  formant un angle droit avec deux parois. La figure représente un  couple dans une attitude très pudique. Les têtes et les membres des  personnages sont tracés de profil, les torses de face. 

L’homme, haut de 1,20 m, porte une coiffure avec une touffe jetée  en avant et des mèches pendant derrière la nuque. La tête, au  crâne arrondi, présente un nez saillant et pointu sous lequel des traits  fins semblent représenter une moustache. Il porte sur le dos un  carquois d’où émergent des flèches.

 La femme offre un profil moins accusé marqué par une proéminence  nasale peu saillante, le front est haut et une ligne courbe va de la  saillie du nez au cou. La chevelure est abondante, soigneusement  coiffée et maintenue à l’arrière par une sorte de barrette. Cette figure  est gravée par des traits profonds dans la roche dans une technique  élaborée de la période des bubales. Par endroits, on a l’impression  que la surface des gravures a été polie. 

*Gravure du Zaccar  Située à l’intérieur d’une paroi faisant partie de deux rochers, cette  gravure forme une voûte appartenant au site de Dir Eddegaouen,  non loin du village de Zaccar, à proximité de Djelfa. Elle représente  un bubale antique de 76,50 cm, terrassé par un lion.

Le tracé du  bubale est d’une qualité exceptionnelle. Les moindres détails  physiques de l’animal, parfaitement rendus, montrent la maîtrise du  graveur et sa connaissance de l’anatomie. Le tracé du lion est plus  sommaire. Il est bien plus petit que sa victime. Il mesure 80 cm avec la queue (en pointillé). Mais on reconnaît un lion mâle à sa  tête massive, la crinière relevée soulignant sa victoire. 

Les pattes toutes griffes dehors sont tendues.

Les extrémités de la  patte arrière et de la queue, piquetées, n’ont pas reçu leur polissage  final. La figure est surchargée en plein milieu par une gravure piquetée,  plus récente celle-là, représentant une autruche.

Téléchargement de la notice

 

P.T.T

Par : CHAOUKI-LI-QACENTINA

émission précédente image précédenteimage suivante émission suivante



16/08/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 61 autres membres