CHAOUKI-LI-QACENTINA

CHAOUKI-LI-QACENTINA

(emission 07/1997) ELECTIONS LEGISLATIVES 5 JUIN 1997

Emission

07/1997

CARACTERISTIQUES

Dessinateur: O.N.P.S

Valeur faciale: 5,00 DA

Format: 25mm x 35mm 

Dentelure: 14

Imprimeur: Imprimerie de la Banque d'Algérie.

Procédé d'impression: Offset

Document philatélique: Une enveloppe 1er jour illustrée à 2,00 DA affranchie à 07,00 DA avec oblitération 1er jour.

Vente 1er jour: le Mercredi 04 Juin 1997 dans les Recettes Principales des postes D'ADRAR-ECH-CHELIFF- LAGHOUAT-OUM EL BOUAGHI-BATNA -BEJAIA-BISKRA-BECHAR-BLIDA-BOUIRA-TAMANRASSET- TEBESSA - TLEMCEN- TIARET- TIZI-OUZOU-ALGER-DJELFA-JIJEL-SETIF-SAIDA -SKIKDA-SIDI BEL ABBES-ANNABA-GUELMA-CONSTANTINE-MEDEA -MOSTAGANEM-M'SILA-MASCARA-OUARGLA ET ORAN.

Vente générale: Le Lundi 07 Juin 1997 dans tous les bureaux de poste.

N° : 1138

 

 

 

Elections législatives

5 juin 1997

La date du 5 juin 1997 constituera, sans aucun doute, une nouvelle et importante étape dans la construction de l’édifice institutionnel de l’Algérie. En effet, après l’élection présidentielle du 16 novembre 1995 et le référendum du 28 novembre 1996 sur la Constitution, les pouvoirs publics organisent en ce 5 juin 1997 des élections législatives qui permettront de doter la nation d’un Parlement élu.

Premières du genre, ces élections législatives ont la particularité de se dérouler dans un contexte caractérisé par le pluralisme politique et l’approfondissement du processus démocratique engagé dans le pays depuis la mise en œuvre du processus de redressement institutionnel initié par M. le Président de la République.

Avec l’adoption d’un nouveau dispositif législatif relatif au régime électoral, l’Algérie entrera dans une nouvelle ère politique en mettant en place, au lendemain du 5 juin 1997, un pouvoir législatif à travers un Parlement où majorité et opposition seront consacrées comme principaux acteurs de la vie politique et publique.

Cette nouvelle phase s’inscrit en droite ligne avec l’application de la Constitution dont la mise en œuvre au plan institutionnel s’achèvera avec la tenue des élections communales et de wilaya qui, à leur tour, permettront d’élire le Conseil de la nation dont la fonction est complémentaire de celle de la future Assemblée populaire nationale issue du scrutin du 5 juin 1997. Ainsi, l’Algérie disposera d’un édifice institutionnel issu de l’exercice libre des règles démocratiques et dans le respect du pluralisme afin de s’engager pleinement dans d’autres défis que lui imposent le développement et le bien-être de ses citoyens.   

P.T.T

Par : CHAOUKI-LI-QACENTINA

 

 

émission précédenteimage précédenteimage suivanteémission suivante



11/01/2013
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 61 autres membres