CHAOUKI-LI-QACENTINA

CHAOUKI-LI-QACENTINA

(emission 09/2005) 60éme ANNIVERSAIRE DES MASSACRES DU 08 MAI 1945

Emission 

09/2005 

CARACTERISTIQUES 

Dessinateur: SID AHMED BENTOUNES 

Valeur faciale: 15,00 DA 

Format: 35mm x 25mm 

Dentelure: 14 

Imprimeur: Imprimerie de la B.C.A.  

Procédé d'impression: Offset 

Document philatélique: Une carte philatélique 20,00 DA affranchie 35,00 DA avec oblitération 1er jour illustrée  

Vente 1er jour: les Dimanche 08 et Lundi 09 Mai 2005 dans les 48 Recettes Principales des postes situées aux chefs- lieux de wilaya et les recettes principales d'Alger 1er novembre, Hussein-dey, Ben-Aknoun, Chéraga et Rouïba. 

Vente générale: Le Mardi 10 Mai 2005 dans tous les bureaux de poste. 

N° : 1404 

 

60éme ANNIVERSAIRE DES MASSACRES DU 08 MAI 1945 

 

Des efforts avaient été fournis par les membres du parti des Amis du Manifeste et de la Liberté pour coordonner l'action et constituer un front unifié. Pour ce faire, une campagne de propagande avait débuté en janvier 1945, appelant les gens à adhérer aux revendications du Manifeste. 

Le Congrès de l'A.M.L avait en effet débouché sur la revendication de l'annulation du système des communes mixtes, du gouvernement militaire dans le sud, de l'officialisation de la langue arabe ainsi que la libération de MESSALI El Hadj. 

Cet activisme à l'échelle nationale avait engendré des craintes chez les Français et ils tentèrent de l'arrêter à travers les comités qui visaient le réformisme. Mais leur préoccupation de libérer leur pays les avait poussés à taire leur colère. Convaincus de la nécessité d'en finir avec le mouvement national, ils attendaient simplement le moment propice pour s'occuper des Algériens. 

Les leaders du mouvement national se préparaient à célébrer la victoire des alliés sur le nazisme, à travers l'organisation de manifestations qui constitueraient un moyen de pression sur les Français à travers la démonstration de la force du mouvement national et la prise de conscience par le peuple de ses revendications. 

Des manifestations eurent lieu à travers l'ensemble du territoire algérien le 1er Mai 1945 au cours desquelles les Algériens demandèrent la libération de MESSALI El Hadj, l'indépendance de l'Algérie , dénonçant l'oppression et brandissant le drapeau algérien. 

Ces manifestations avaient un caractère pacifique mais les Français ont prétendu avoir découvert un " projet de révolution " à Bougie, notamment après l'assassinat de deux policiers à Alger. Débutèrent alors les arrestations ainsi que les bastonnades et de nombreux algériens furent blessés. 

Lorsque la célébration officielle fut annoncée pour le 7 mai, les colons commencèrent à organiser les festivités tandis que les Algériens préparaient leur propre festival, en appelant à la liberté et l'indépendance après avoir obtenu l'autorisation de l'administration française pour participer à la célébration de la victoire des alliés. 

Le 8 mai 1945, les Algériens sortirent pour manifester leur joie à l'occasion de la victoire des Alliés qui représentait pour eux la victoire de la démocratie sur la dictature, exprimant leur joie , revendiquant l'indépendance de leur pays et l'application des principes de liberté dont les Alliés avaient brandi l'étendard tout au long de la deuxième guerre mondiale. 

Les manifestations s'étaient étendues à l'ensemble du pays et s'étaient intensifiées à Sétif qui se trouve être le siège des Amis du Manifeste et de la Liberté. Au cours de ces manifestations, les Algériens appelèrent à la libération de l'Algérie et son indépendance. 

Les Français réagirent aux manifestations pacifiques organisées par les Algériens en commettant les massacres du 8 Mai 1945, en recourant à la répression et aux massacres collectifs, utilisant pour cela les forces terrestres, aériennes et maritimes. Des villages, des dechras et des douars entiers furent détruits. La répression dura environ une année entière et il en résulta la mort de plus de 45000 algériens dont les villages et les biens furent entièrement détruits. Les statistiques étrangères dénombrèrent entre 50000 et 70000 civils tués. Ce fut un massacre horrible perpétré par les Français qui se targuaient souvent de civilisation , de liberté et d'humanisme. 

A la fin de ce jour du 8 Mai 1945, le peuple algérien comprit qu'il ne serait libre et indépendant qu'en répondant à la violence oppressive par la violence révolutionnaire organisée. Le sang versé allait semer les germes de la résurrection et préparer le glorieux 1er Novembre 1954. 

Cela fait soixante ans et l'Algérie se souvient de ses martyrs, de ceux qui sont morts pour que cesse la spoliation, l'exploitation et l'injustice. La place occupée par le 8 Mai 1945 dans la mémoire populaire est immense. 

Le 8 Mai 1945 et le 1er Novembre 1954 sont deux dates intimement liées qui marqueront d'une empreinte indélébile l'histoire du peuple algérien. 

A.P 

Par : CHAOUKI-LI-QACENTINA 

émission précédenteimage précédenteimage suivanteémission suivante
 



01/01/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 61 autres membres