CHAOUKI-LI-QACENTINA

CHAOUKI-LI-QACENTINA

(emission 10/1984) VALLÉE DU M’ZAB – PATRIMOINE MONDIAL

Emission

10/1984

CARACTERISTIQUES

Dessinateur: KAMARDINE  KRIM

Valeur faciale: 0,80 et 2,40 DA

Format: 37mm x 26mm et 26mm x 37mm

Dentelure: 14 ½     

Imprimeur: Harrison et Sons.

Procédé d'impression: Héliogravure.

Document philatélique: Une enveloppe 1er jour illustrée à 1,00 DA affranchie à 4,20 DA avec oblitération illustrée 1er jour.

Vente 1er jour: Les Jeudi 13 et Vendredi 14 Décembre 1984 dans les Recettes Principales des postes D'ADRAR-ECH-CHELIFF- LAGHOUAT-OUM EL BOUAGHI-BATNA -BEJAIA-BISKRA-BECHAR-BLIDA-BOUIRA-TAMANRASSET- TEBESSA - TLEMCEN- TIARET- TIZI-OUZOU-ALGER-DJELFA-JIJEL-SETIF-SAIDA -SKIKDA-SIDI BEL ABBES-ANNABA-GUELMA-CONSTANTINE-MEDEA -MOSTAGANEM-M'SILA-MASCARA-OUARGLA - ORAN.

Vente générale: Le Samedi 15 Décembre 1984 dans tous les bureaux de poste.

N° Y&T: 826-827

N° AP : 498-499

 

 

VALLÉE DU M’ZAB – PATRIMOINE MONDIAL

Joyau de l’architecture traditionnelle, la vallée du M’zab, qui avait fait l’objet de mesures de protection et de conservation au plan national par la création notamment d’un atelier d’études et de  restauration et d’un classement parmi les sites historiques, a vu son prestige couronné par son inscription au patrimoine mondial de  l’Unesco en 1982. 

C’est dans un paysage désertique et aride, aux portes du Sahara, à  600 km au sud d’Alger, que les Ibadites, fuyant leur royaume rostémide après l’incendie de Tahert vers 909 et après une  installation précaire à Sedrata (Ouargla), se sont fixés au début  du XIe siècle au M’zab, du nom de la rivière qui traverse cette vallée fossile. Le choix de cette vallée s’explique avant tout par les  possibilités de défense qu’elle offrait à une communauté soucieuse de  sa sécurité et décidée à sauvegarder son identité.  Les nécessités de survie et d’adaptation à une terre inhospitalière  obligeaient les Ibadites à une occupation du sol et à une organisation  de l’espace inspirées de principes de conduite communautaire très  stricts. Cinq ksour (villages fortifiés), El Ateuf, Bounoura, Béni Izguen,  Melika et Ghardaïa, implantés sur des éperons rocheux, regroupent  une population sédentaire et essentiellement urbaine.

Chacune de ces petites cités, entourées d’un rempart, est dominée par une mosquée  dont le minaret fait fonction de centre spirituel et temporel. Autour de ce bâtiment essentiel à la vie communautaire s’étagent  des maisons disposées en cercles concentriques jusqu’à la muraille d’enceinte. Chaque maison constitue une cellule cubique, illustrant une organisation sociale égalitaire fondée sur le respect de la  structure familiale dont elle s’attache à préserver l’intimité et  l’autonomie. 

Cette région où ces réfugiés ont choisi de s’établir ne comporte  aucune source, l’oued ne coule qu’épisodiquement une ou deux fois  l’an et la nappe phréatique se trouve à 40 m et parfois  à 100 m de la surface.  Tous les efforts de la communauté ont dû être consacrés aux tâches  liées à l’agriculture : création de l’oasis, domestication de l’eau par  le biais de barrages ou de retenues collinaires, de forages, de puits  d’irrigation.  Les constructions ont été conçues sur le seul critère de l’efficience.  Les éléments de points d’appui, les murs, les couvertures ont été disposées sans formalisme conventionnel ou préconçu.  L’utilisation des matériaux locaux alliée à la simplicité des formes et  des techniques manuelles sous le signe de l’économie et de la  rigueur font du moindre mur une leçon d’architecture moderne. Tout  est à l’échelle de l’homme ; les remparts sont à portée de voix du  muezzin, l’arc de voûte à la mesure de la palme, l’enduit du mur  sculpté par la main du maçon.

Chaque élément de construction est subordonné aux gestes de la vie quotidienne.

Les rues sont tout à  fait comparables à des corridors ; souvent couvertes de voûtes,  elles offrent aux piétons ombre et fraîcheur.  

Le M’zab réalise ainsi de la manière la plus spontanée la tâche que s’assigne, souvent sans succès, l’urbanisme moderne : le beau et le fonctionnel qui ne sont plus deux critères antinomiques, ou difficiles  à concilier, sont confondus dans ces constructions qui épousent exactement les rythmes de la vie.

  Téléchargement de la notice

P.T.T

Par : CHAOUKI-LI-QACENTINA

  émission précédente image précédenteimage suivante émission suivante



29/11/2013
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 61 autres membres