CHAOUKI-LI-QACENTINA

CHAOUKI-LI-QACENTINA

(emission 01/1985) ORFEVRERIE DES XVIIIÈME ET XIXÈME SIECLES

Emission

01/1985

CARACTERISTIQUES

Dessinateur: MOHAMED TEMAM

Valeur faciale: 0,80 – 2,00 et 2,40 DA

Format: 25mm x 30,4mm et 30,4mm x 25mm

Dentelure: 11 ¼   

Imprimeur: Courvoisier.

Procédé d'impression: Héliogravure.

Document philatélique: Une enveloppe 1er jour illustrée à 1,00 DA affranchie à 6,20 DA avec oblitération illustrée 1er jour.

Vente 1er jour: Les Jeudi 24 et Vendredi 25 Janvier 1985 dans les Recettes Principales des postes D'ADRAR-ECH-CHELIFF- LAGHOUAT-OUM EL BOUAGHI-BATNA -BEJAIA-BISKRA-BECHAR-BLIDA-BOUIRA-TAMANRASSET- TEBESSA - TLEMCEN- TIARET- TIZI-OUZOU-ALGER-DJELFA-JIJEL-SETIF-SAIDA -SKIKDA-SIDI BEL ABBES-ANNABA-GUELMA-CONSTANTINE-MEDEA -MOSTAGANEM-M'SILA-MASCARA-OUARGLA - ORAN.

Vente générale: Le Samedi 26 Janvier 1985 dans tous les bureaux de poste.

N° Y&T: 828-829-830

N° AP : 500-501-502

 


ORFEVRERIE DES XVIIIÈME ET XIXÈME SIECLES

Dans pratiquement toutes les villes et campagnes algériennes, la  «rue des Siyyaghine» (rue des orfèvres) fait partie de l’environnement et représente un quartier particulier quant à ses boutiques, à ses  artisans et à l’atmosphère qui y règne.

Les boutiques se ressemblent et occupent toutes une petite surface. L’orfèvre y travaille assis au  rythme des petits coups de marteau et des frottements de la lime.  Pendant longtemps, malgré la valeur des objets qu’il produisait et  la matière qu’il utilisait, l’orfèvre avait recours à une installation sommaire  composée d’un foyer formé de plusieurs pierres superposées et d’un creuset en terre réfractaire pour faire fondre l’or et l’argent. 

En guise de moule, un os de seiche permettait de couler les bijoux  d’une seule pièce. L’orfèvre disposait d’une gamme restreinte d’outils : le marteau  qui, manié habilement, produisait des merveilles, et l’enclume. C’est  entre le marteau et l’enclume que se créait le bijou.

Le stylet pour  tracer les motifs, le foret pour percer, les tenailles, la lime et le  ciselet finissait l’ouvrage sous la conduite patiente et précise  de l’orfèvre. 

Les objets usuels que l’on retrouvait dans les maisons étaient  l’expression même du raffinement dans la société citadine, alors que les ustensiles prenaient des allures de parures de luxe qui  décoraient les demeures tout en ravissant l’invité auquel on exhibait les plus belles cafetières ou théières, les plus belles coupes  et les plus beaux plateaux. La maison, elle, exhalait les meilleures senteurs d’encens qui brûlaient dans des encensoirs ou brûle-parfums  ajourés pour donner à voir un métal ciselé par les mains  habiles d’artisans chevronnés.

Téléchargement de la notice 

P.T.T

Par : CHAOUKI-LI-QACENTINA

 

émission précédente image précédenteimage suivante émission suivante

 



21/11/2013
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 61 autres membres