CHAOUKI-LI-QACENTINA

CHAOUKI-LI-QACENTINA

(emission 10/2015) TENUES TRADITIONNELLES

Emission

10/2015

CARACTERISTIQUES

Dessin : ALI KERBOUCHE

Valeur faciale : 25,00 DA et 30,00 DA

Format : 29mm x 43mm

Imprimeur : Imprimerie de la Banque d’Algérie

Procédé d’impression : Offset

Document philatélique : Une enveloppe 1er jour à 7,00 DA avec oblitération 1er jour illustrée

Vente 1er jour : Le Mercredi 15 et Jeudi 16 Juillet 2015 dans les 48 Recettes Principales des postes situées aux chefs- lieux de wilaya.

Vente générale : Le Samedi 18 Juillet 2015 dans tous les Bureaux de poste.

N° Y&T : 1716-1717

N° AP :

 


TENUES TRADITIONNELLES

Tenues Traditionnelles D’Alger :

Tenue Homme :

Depuis le 16ème siècle les composantes du costume masculin traditionnel sont demeurées les mêmes, un pantalon à larges plis appelé (sarouel testifa) ou (el-gaâda), une chemise en tissu léger à manches longues, et un gilet qui porte le nom de (b’diîya), taillé dans des tissus en velours ou en satin qui se ferme de haut en bas, orné de broderies sobres et épurées s’arrêtant par-dessus le pantalon, une ceinture (Hzem) encerclé le tout à la taille, un (djabadouli), une veste sans col, qui ne se ferme pas et bien souvent elle porte des ornements sur le devant et sur les manches, le tout recouvert d’une cape ou burnous écru.

Des accessoires accompagnent le costume masculin, des chaussures de marche (çabbat laârbi) en cuir, la tête recouverte d’un couvre-chef (chéchia) en feutrine rouge.

Tenue femme :

Depuis le 20ème siècle avec l’influence européenne la tenue des Algéroises avait subi quelques modifications. Le costume est composé d’un pantalon ample dit (sarouel m’daour) à l’origine c’était un vêtement de sortie (sarouel azzanqa) et d’une veste à encolure plus discrète et une coupe ajustée à la taille avec un basque d’où le nom (caraco).

L’enrichissement de la veste d’ornements raffinés travaillée au fil d’or ou d’argent avait cantonné le port du costume essentiellement lors des cérémonies et fêtes familiales, agrémentée d’accessoires ; un foulard à frange (M’harmet laftoul) et des chaussures de femme (çobbat el foulia) qui remplace les babouches ornées de broderie d’or. Un bijou de tête khit arrouh (fil de l’âme), des chevillières (rdayefs) et quelques colliers et des bracelets pour rehausser le tenue.

Tenues Traditionnelles de Kabylie :

Tenue femme :

Au début du XXe siècle avec l’introduction des tissus manufacturés.

Les femmes kabyles avaient progressivement abandonné le vêtement tissé (akhellal) pour adopter la robe taqendourth, qui à l’origine était tissée et cousue sur les côtés et qu’elle portait sous le voile à fibule, cette robe est munie de manches longues et un empiècement au niveau de la poitrine, elles sont taillées dans des cotonnades imprimées ou dans des soieries pour les fêtes, ornée sobrement de rubans de couleurs sur les lisières et la poitrine pour le premier modèle et richement brodé pour le deuxième. Un pagne (foutha) à rayures ; une pièce séculaire, un Amendil noir à franges ou un foulard de couleur jaune qui couvre la tête de la femme et des chaussures (tebachmaquins).

Des bijoux en argent émaillés Tabzimt (fibule) sur la poitrine, thimenguouchine (paire de boucles d’oreille), azrar (collier) et ekhelkhalens (chevillières) pour les pieds.

Tenue Homme :

Une tenue rurale aux pièces vestimentaires ancestrales ; un pantalon (sarouel), un chemisier au tissu léger à manches longs (thaqmdjet) qui s’enfile sous une tunique (gandoura) le tout recouvert d’une cape (burnous). Des accessoires accompagnent cette tenue ; un couvre (chef (chéchia) en feutrine blanc et des chaussures en cuir (çabbat laârbi).

Téléchargement de la notice

A.P

Par : CHAOUKI-LI-QACENTINA

émission précédente émission suivante



16/07/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 61 autres membres