CHAOUKI-LI-QACENTINA

CHAOUKI-LI-QACENTINA

(emission 18/2005) Les Forts d'Algérie

Emission 

18/2005 

CARACTERISTIQUES 

Dessinateur: ALI KERBOUCHE 

Valeur faciale: 10,00 – 15,00 et 30,00 DA 

Format: 35mm x 25mm 

Dentelure: 14 

Imprimeur: Imprimerie de la Banque d'Algérie.  

Procédé d'impression: Offset 

Document philatélique: Une enveloppe 1er jour à 7,00 DA affranchie à 62.00 DA avec oblitération 1er jour illustrée 

Vente 1er jour: Mercredi 21 et jeudi 22 Septembre 2005 dans les 48 Recettes Principales des postes situées aux chefs- lieux de wilaya et les recettes principales d'Alger 1er novembre, Hussein-dey, Ben-Aknoun, Chéraga et Rouïba. 

Vente générale: Le samedi 24 Septembre 2005 dans tous les bureaux de poste. 

N° : 1418-1419-1420 

 

Les Forts d'Algérie 

L'Algérie recèle des trésors culturels insoupçonnés qui témoignent de la richesse et de la diversité de son passé séculaire. Son emplacement stratégique l'exposa aux convoitises coloniales et aux tentatives d'invasions. 

Afin de repousser toute action ennemie ciblant le port et les villes intérieures, les Turcs ont construit un chapelet de fortifications et de batteries de défense. Ces derniers, considérés comme la véritable protection de la capitale, furent implantés tout autour d'Alger. 

Fort du Phare (Bordj El Manar) 

Bordj El Manar aurait été construit par des Andalousiens à la fin du XV siècle, sur l'île la plus occidentale, pour faire office de phare. 

Modifiée plusieurs fois au gré des différents évènements historiques, cette tour finit par être, au début du XIX siècle, l'œuvre la plus importante du port. C'est sur elle qu'est érigé le phare. 

Cette fortification, de forme circulaire (60 m de diamètre) est dotée de 4 étages d'embrasures, est protégée par un fossé de 5 mètres de large et abrite une citerne et un magasin à poudre. 

Fort du Cap Matifou (Bordj Tamanfoust) 

Construit par "Ramdhan Agha" en 1661, sous le règne de "Ismail Pacha", il subit des aménagements en 1685, sous "Mezzo Morto", après les bombardements français menés par "Duquesne" en 1682 et 1683. Le Bordj était de forme octogonale, son mur atteignait 09 mètres de hauteur avec une légère inclinaison sur l'extrémité. L'accès à ce Fort qui était entouré d'un fossé, se faisait emprunté par un pont de bois. 

Ce Fort comprenait 22 pièces de canons, une sur le côté ou s'ouvre la porte, trois sur chacun des sept autres. Ces pièces assuraient la protection du flanc et de la rade. 

Fort Santa Cruz (Bordj El Djebel) 

Bâti par les espagnoles au sommet de la montagne de "Sidi Aidour" au dessus du Fort Saint Grégoire, le nom de "Santa Cruz" lui fût attribué pour perpétuer le souvenir du dernier gouverneur d'Oran. Les chroniqueurs fixent des dattes différentes quant à la création de cet ouvrage. Il fût armé de 300 canons, vu l'importance de son emplacement qui donnait sur la ville et son port. 

En 1708, "le Bey Bouchelaghem" soumit à ce Fort un bombardement intensif et réduisit les 112 occupants en esclaves. Le Fort Santa Cruz fut rénové par les espagnoles en 1738, sous l'autorité du Général Vallejo". Après l'occupation française, en 1830, ce Fort subit un second souffle de renouveau et fût baptisé "La Sainte-Croix". 

A.P 

Par : CHAOUKI-LI-QACENTINA 

émission précédenteimage précédenteimage suivanteémission suivante  



02/01/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 61 autres membres