CHAOUKI-LI-QACENTINA

CHAOUKI-LI-QACENTINA

(emission 20/2009) CONTES POPULAIRES D'ALGERIE

Émission

N° 20/2009

CARACTÉRISTIQUES

Dessin :ALI  KERBOUCHE

Valeur faciale :15,00 DA x 4

Format:29mm x 43mm

Dentelure : 14

Imprimeur : Imprimerie de la Banque d’Algérie.

Procédé d'impression :Offset

Document philatélique : Une enveloppe 1er jour à 7,00 DA affranchie 60,00 DA avec oblitération 1er jour illustrée

Vente 1er jour : Les Lundi 07 et Mardi 08 Décembre 2009 dans les 48 Recettes Principales des postes situées aux chefs lieux de wilaya etles recettes principales d’Alger 1er novembre, Hussein-dey, Ben-aknoun, Chéraga et Rouiba.

Vente générale : Le Mercredi 09 Décembre 2009 dans tous les bureaux de poste.

N° : 1551-1552-1553-1554

 

  

 

 

 


CONTES POPULAIRES D’ALGERIE

 

 Forme d'expression particulière dans la culture populaire de la société traditionnelle algérienne, les contes ont toujours imprégné la vie des communautés, dans les foyers, les cités, les cafés, les marchés et lieux de travail. La culture veut qu'ils soient transmis des aines aux plus jeunes en général dès la plus tendre enfance.

A la naissance, l'enfant est nourri par les berceuses puis plus tard par un riche répertoire de contes à travers la douce voix narrative de sa mère parfois par sa grand-mère ou l'une de ses tantes, à l'occasion de veillées familiales autour d'un feu. Aussi sœurs, belles-sœurs, frères aines, oncles transmettent aux enfants au sein même de la famille le meilleur des contes populaires traditionnels les initiant au monde enchanté, merveilleux et plein de sagesse de cette littérature orale.

Il est de même dans d'autres milieux et catégories sociales où les conteurs-maîtres initient les conteurs élèves. Les nomades, les villageois, les citadins transmettent et diffusent les contes chacun au niveau de son aire naturelle et familiale.

La tradition orale, très répandue chez les populations du Maghreb demeure un des principaux véhicules culturels à travers lequel est transmis le fond littéraire dans ses formes variées par l'intermédiaire du conteur qui se substitue au lecteur.

Et c'est le conte qui donne le goût, dès le plus jeune âge à la lecture.

Récits d'histoires imaginaires, d'un passé lointain aucune référence n'est faite à l'auteur oublié, un géni, dont l'héritage appartient à tous. Cet héritage transmis de génération à génération à travers une mémoire collective, véhicule des valeurs éducatives et culturelles ancestrales. Ainsi, le conte appartient au patrimoine culturel immatériel de notre pays dont l'apport, grâce à sa richesse et sa diversité est toujours bénéfique.

A.P

Par : CHAOUKI-LI-QACENTINA


10/12/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 61 autres membres