CHAOUKI-LI-QACENTINA

CHAOUKI-LI-QACENTINA

LA MAISON ET LE MUSEE DE L'ARTISANAT REALISES DANS LA VIEILLE-VILLE


Une maison et un musée de l'artisanat seront édifiés dans le pittoresque quartier de Souika, dans la vieille ville de Qacentina, la première option de réaliser ces deux infrastructures à Ali-Mendjeli a été «formellement» abandonnée par les autorités locales, selon le directeur de la PME et de l'artisanat. Prévu initialement sur le terrain Tenoudji, au cœur de la cité Emir-Abdelkader (ex-faubourg Lamy), ce projet a été ensuite délocalisé vers la nouvelle ville Ali-Mendjeli pour être enfin transféré à Souika, a indiqué ce responsable, estimant que ce lieu «répond mieux aux dimensions culturelle et historique de ces projets destinés à perpétuer le patrimoine artisanal propre à la ville du Vieux Rocher».

L'emplacement de telles infrastructures «étroitement liées à l'âme de la ville doit s'opérer sur des sites authentiques afin de permettre aux visiteurs de savourer pleinement l'odeur exotique d'un passé original sur tous les plans», a estimé Nadjib Achouri.

Une «réadaptation» de l'étude déjà achevée de ces projets a été entamée, a fait savoir le même responsable précisant que le chantier de réalisation sera lancé «prochainement», sur une superficie globale de 2.000 m2, et sur des terrains domaniaux pour parer à tout éventuel retard qui pourrait naître d'un litige foncier.

L'une des missions principales du musée de l'artisanat, outre sa fonction de «lieu de mémoire» sera de «favoriser des recherches techniques sur l'art artisanal de la ville tout en mettant à la disposition des visiteurs des palettes variées de documentations», a encore fait savoir Achouri.

La maison de l'artisanat devra, quant à elle, «contribuer à l'amélioration des conditions socioprofessionnelles des artisans qui se trouvent contraints de recourir à la sous-traitance pour pouvoir écouler leurs produits», a signalé le même responsable.

Elle devra également «contribuer à mettre fin aux difficultés de nombreux artisans qui continuent de travailler sous une forme de diktat imposé par des revendeurs d'articles artisanaux, ce qui ne manque pas de menacer cette forme d'art», a encore estimé Achouri.


04/04/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 76 autres membres