CHAOUKI-LI-QACENTINA

CHAOUKI-LI-QACENTINA

LE «CHEMIN DES TOURISTES», UN AUTRE ATOUT POUR LA RELANCE DU TOURISME


L’aménagement du «Chemin des touristes», inscrit dans le cadre du programme quinquennal 2010-2014, sera un «autre atout» pour une réelle relance du tourisme à Constantine, selon le responsable local du secteur. Fermé depuis 1958 à la suite de la grande crue de l'oued Rhumel, devenu un «vrai dépotoir» au fil des années, ce site est des plus attrayants de la ville de Constantine. Il permet notamment aux promeneurs de se déplacer le long des gorges du Rhumel et d'admirer un spectacle saisissant à flanc de roche, a précisé Amar Bentorki. Il a souligné qu'il a d'abord fallu répertorier toutes les données graphiques, avant d'établir un constat des lieux pour ensuite proposer les solutions les plus adaptées à la situation de ce site unique en son genre, inauguré en 1895. Cette première phase qui sera entreprise par un bureau d'études privé, sera suivie par le lancement des études techniques pour la remise en état de ce site touristique, avec mise en place d'une première enveloppe de l'ordre de 30 millions de dinars, a-t-il expliqué, soulignant que les travaux de réhabilitation et d'aménagement doivent être effectués par étapes au regard de leur caractère compliqué.

Ce responsable a également confié à l'APS que certaines propositions vont dans le sens d'entamer d'abord une réhabilitation du jardin se trouvant en contrebas du pont de Bab El Kantara, pour en faire un lieu de détente et de loisirs, tandis que pour d'autres, la priorité devra être donnée à la préservation du site contre les déversements anarchiques des eaux usées. À la direction de l'hydraulique, par exemple, l'on estime que la remise en valeur du «Chemin des touristes » ne sera possible qu'après l'achèvement du curage total des eaux de l'oued Rhumel, opération entamée il y a plus de deux ans, a encore indiqué Bentorki. Les études d'aménagement de ce chemin long de plus de 2 km et large de 1,5 m prévoient également la réalisation de points d'eau et d'accès en cas d'accident nécessitant une intervention rapide de la Protection civile, ainsi que la réhabilitation du chemin supérieur qui aboutit à la passerelle Mellah Slimane. La réhabilitation du tronçon inférieur du pont d'El Kantara et la restauration du chemin reliant cet ouvrage au pont dit «du diable» sont également prévus au titre de cette action de réaménagement qui sera achevée à l'horizon 2014, a encore fait savoir le même responsable.




20/04/2011
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 76 autres membres