CHAOUKI-LI-QACENTINA

CHAOUKI-LI-QACENTINA

(emission 02/1986) LUTTE CONTRE LA MORTALITÉ INFANTILE

Emission

02/1986

CARACTERISTIQUES

Dessinateur: KAMARDINE  KRIM

Valeur faciale: 0,80 – 1,40 et 1,70 DA

Format: 26mm x 36mm

Dentelure: 13  

Imprimeur: Courvoisier.

Procédé d'impression: Héliogravure.

Document philatélique: Une enveloppe 1er jour illustrée à 1,00 DA affranchie à 4,90 DA avec oblitération illustrée 1er jour.

Vente 1er jour: Les Jeudi 13 et Vendredi 14 Février 1986 dans les Recettes Principales des postes D'ADRAR-ECH-CHELIFF- LAGHOUAT-OUM EL BOUAGHI-BATNA -BEJAIA-BISKRA-BECHAR-BLIDA-BOUIRA-TAMANRASSET- TEBESSA - TLEMCEN- TIARET- TIZI-OUZOU-ALGER-DJELFA-JIJEL-SETIF-SAIDA -SKIKDA-SIDI BEL ABBES-ANNABA-GUELMA-CONSTANTINE-MEDEA -MOSTAGANEM-M'SILA-MASCARA-OUARGLA - ORAN.

Vente générale: Le Samedi 15 Février 1986 dans tous les bureaux de poste.

N° Y&T: 862-863-864

N° AP : 534-535-536

 


LUTTE CONTRE LA MORTALITÉ INFANTILE

Des millions d’enfants meurent chaque année à travers le monde. Ce phénomène touche en majeure partie les zones les plus déshéritées  de la planète. Les membres de la communauté internationale se  sont penchés sur ce problème au sein des institutions de l’Organisation  des Nations unies, telle l’Unicef, et ont mis en œuvre de nombreux  programmes visant à endiguer le fléau de la mortalité infantile. 

En Algérie, les pouvoirs publics ont élaboré une politique de protection  de l’enfance à travers des programmes de santé publique à  caractère préventif, d’hygiène scolaire et de développement de la  pédiatrie et de la médecine obstétrique.

Parmi les mesures les plus  remarquables de lutte contre la mortalité infantile, la vaccination  générale de tous les enfants constitue un volet déterminant dans  l’atténuation, à défaut d’élimination, de la mortalité infantile contre les maladies les plus dangereuses : tuberculose, diphtérie, tétanos,  coqueluche, poliomyélite et rougeole.

Des campagnes régulières  sont menées ainsi qu’un programme par zone géographique est  tracé pour obtenir un taux satisfaisant de couverture préventive. La seconde mesure renvoie à la surveillance de la croissance. 

Le réseau des PMI (Centres de Protection Maternelle et Infantile) ne  cesse de connaître une densification appréciable pour répondre aux  nécessités d’un suivi médical et d’une protection continue de l’enfant.  Le troisième point concerne la lutte contre la déshydratation et  les maladies hydriques qui représentent 50% de la mortalité  infantile. C’est ainsi que l’Unicef collabore avec le gouvernement algérien  pour atteindre l’objectif que ce dernier s’est assigné : «Vacciner  tous les enfants algériens avant 1990 et réduire de moitié la mortalité  infantile.»  Conforme à la politique sanitaire et sociale menée par notre pays  cet aspect nécessitera à l’avenir de plus en plus de moyens humains  et matériels, et ce, à la mesure de l’amélioration du degré de  développement socio-économique de la société algérienne et de  l’évolution de sa population.

Téléchargement de la notice 

 

P.T.T

Par : CHAOUKI-LI-QACENTINA

émission précédente image précédenteimage suivante émission suivante



08/11/2013
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 61 autres membres