CHAOUKI-LI-QACENTINA

CHAOUKI-LI-QACENTINA

(emission 02/1991) VUES D’ALGÉRIE AVANT 1830

Emission

02/1991

CARACTERISTIQUES

Dessinateur: D’APRES PHOTOS

Valeur faciale: 1,50 et 4,20 DA

Format: 31,5mm x 21mm 

Dentelure: 14

Imprimeur: Imprimerie de la Banque d'Algérie.

Procédé d'impression: Offset

Document philatélique: Une enveloppe 1er jour illustrée à 1,00 DA affranchie à 6,70 DA avec oblitération 1er jour.

Vente 1er jour: Le Jeudi 21 Mars 1991 dans les Recettes Principales des postes D'ADRAR-ECH-CHELIFF- LAGHOUAT-OUM EL BOUAGHI-BATNA -BEJAIA-BISKRA-BECHAR-BLIDA-BOUIRA-TAMANRASSET- TEBESSA - TLEMCEN- TIARET- TIZI-OUZOU-ALGER-DJELFA-JIJEL-SETIF-SAIDA -SKIKDA-SIDI BEL ABBES-ANNABA-GUELMA-CONSTANTINE-MEDEA -MOSTAGANEM-M'SILA-MASCARA-OUARGLA ET ORAN.

Vente générale: Le Samedi 23 Mars 1993 dans tous les bureaux de poste.

N° Y&T: 994-995

N° AP : 667-668

 

 

 


VUES D’ALGÉRIE AVANT 1830

KOLÉA

La ville de Koléa, située sur le versant sud du Sahel, a connu un  important flux migratoire après la chute de Grenade.

Les familles  andalouses, chassées d’Espagne, se sont laissé séduire par le  climat revigorant et l’eau bienfaitrice de la reine du Sahel.

Cette  population s’est mêlée aux autochtones pour ne plus en repartir. 

La ville a été fondée officiellement en 1550 sous le règne du dey  Hassan Ben Khayr-Eddine.

Surplombant la Mitidja, la cité bénie draine des pèlerins musulmans depuis le XVIe siècle.

Koléa doit sa  vocation religieuse à Sidi Embarek.

L’histoire du savant musulman se confond avec celle d’un riche propriétaire terrien turc dénommé  Ismaïl. C’est ce dernier, dit-on, qui a découvert les dons de cet  homme béni de Dieu avant de lui céder tous ses biens dont le  célèbre haouch (hameau) Bou Ismaïl.

Le saint patron est enterré dans  la ville qui lui a ouvert les bras et son évocation continue de  marquer la vie spirituelle de ses habitants. 

CONSTANTINE 

La ville de Constantine s’est parée des plus beaux monuments  architecturaux du temps de Salah Bey.

Ce bey, qui a régné sur le  Beylik de l’Est de 1771 et 1792, a entrepris une vaste campagne d’urbanisation. C’est dans cet esprit de modernisation et d’embellissement que la mosquée de Sidi El Kettani fut construite en 1776.

Ce lieu de culte a vu une médersa lui être annexée.

Cette dernière  était destinée à l’enseignement supérieur et ouverte à tous les  jeunes de la province. 

La ville a vu s’élever, en 1789, une nouvelle médersa auprès de la  mosquée de Sidi Lakhdar. Salah Bey fit construire, en 1792, sur les  vestiges d’un pont romain, le célèbre pont d’El Kantara.

Enjambant  un ravin de 120 m de profondeur, cet ouvrage architectural marquera  la naissance de la ville des ponts. Les travaux d’urbanisation entrepris par Salah Bey ont permis des extensions importantes de la  cité. Hors des murs de la Casbah, de nouveaux quartiers et une  nouvelle histoire sont nés.

P.T.T

Par : CHAOUKI-LI-QACENTINA

émission précédenteimage précédenteimage suivanteémission suivante



21/03/2013
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 61 autres membres