CHAOUKI-LI-QACENTINA

CHAOUKI-LI-QACENTINA

(emission 03/2003) 2003 : ANNEE INTERNATIONALE DE L'EAU DOUCE

Emission

03/2003

CARACTERISTIQUES

Dessinateur: ALI  KERBOUCHE

Valeur faciale: 5,00 – 10,00 et 24,00 DA

Format: 35mm x 25mm

Dentelure: 14

Imprimeur: Imprimerie de la Banque d'Algérie.

Procédé d'impression: Offset

Document philatélique: Une enveloppe 1er jour à 7,00 DA affranchie à 46.00 DA avec oblitération 1er jour illustrée

Vente 1er jour: les Samedi 22 et Dimanche 23 Mars 2003 dans les 48 Recettes Principales des postes D'ADRAR-ECH-CHELIFF- LAGHOUAT-OUM EL BOUAGHI-BATNA -BEJAIA-BISKRA-BECHAR-BLIDA-BOUIRA-TAMANRASSET- TEBESSA - TLEMCEN- TIARET- TIZI-OUZOU-ALGER-DJELFA-JIJEL-SETIF-SAIDA -SKIKDA-SIDI BEL ABBES-ANNABA-GUELMA-CONSTANTINE-MEDEA -MOSTAGANEM-M'SILA-MASCARA-OUARGLA ET ORAN.

Vente générale: Le Lundi 24 Mars 2003 dans tous les bureaux de poste.

N° : 1338-1339-1340

 

 

 

2003 : Année Internationale de l'Eau douce

   Alors que l’approvisionnement en eau douce est un acte ordinaire et tout à fait aisé en Occident, nombres d'endroits de par le monde considèrent l’eau comme une denrée rare et souvent extrêmement difficile d'accès. En effet, plus d'un milliard de personnes n'ont toujours pas de l’eau potable de manière régulière, et environ le double souffre de manque de services d'assainissement adéquats. Le résultat, plus de 250 millions de personnes, essentiellement dans les pays en développement, sont atteintes de maladies d'origine hydriques, et plus de 2 millions d'enfants et d'adultes en meurent chaque année.

   La communauté internationale, consciente de la priorité que représente l’accès à l’eau douce et aux services d'assainissement de base, a mis l’accent sur la nécessité de prendre des mesures d'urgence pour assurer un approvisionnement équitable et durable à l’ensemble de l’humanité. Pour cela, les Nations Unies ont proclamé 2003 comme étant l’Année Internationale de l’Eau Douce.

   Parmi les principaux objectifs fixés par l’ONU, à atteindre d'ici 2015, la réduction de moitié de la proportion de personnes ne pouvant pas se permettre l’eau potable et n'ayant pas accès aux services d'assainissement. La garantie d'une meilleure gestion des ressources en eau douce du monde, afin d'éviter le gaspillage et la consommation inefficace, ainsi que l'adoption dés politiques à suivre par les gouvernements et les différentes parties concernées.

   Dans un souci d'apporter sa contribution à la sensibilisation vis-à-vis de l'importance de l’eau et la protection de sa qualité, Algérie Poste a tenu à participer à l’action internationale à travers l’émission de trois timbre-poste, dont le thème met l’accent sur" l'eau et le savoir faire traditionnel ". Cette série illustrera les pratiques ancestrales de la gestion de l’eau (recharge de la nappe, collecte des eaux de surface et répartition des eaux de crue), notamment a Ghardaïa, Relizane et Timimoun.

El Mâdjen, Oued Mina (Relizane)

   Le « Mâdjen » est une poche creusée à même la roche-mère et aménagée en bas d'une pente. Les eaux pluviales sont collectées par un impluvium " mascat ", qui alimente le « maâdjen ». C'est un moyen traditionnel ingénieux employé au stockage de l’eau pour les périodes sèches. Le timbre représente un" mâdjen " dans le basin versant de l’Oued Mina.

Margelle de puits dans la vallée du M'Zab (Ghardaia)

   Le puit, appelé « khettara », ou « tirest », est creusé à de grandes profondeurs. La margelle, maçonnée en pierres et plâtre locaux, est surmontée par deux montants qui supportent une poulie. Dans la palmeraie le puisage se fait, à l’aide de la traction animale, le long d'une aire de halage. Dans l’oasis, il s'effectue à la traction verticale par l'homme.

La grande "kesria ", Akbou-Aougrout (Timimoun)

   La « kasria » est un répartiteur de la foggara. Cette dernière, conçue depuis des siècles dans le sud algérien, est une galerie d'une certaine déclivité, creusée par l’homme afin de collecter les eaux gravitant à partir d'une aire d'alimentation, de les récupérer et les exploiter en aval dans l’oasis. Elle comporte une partie draineuse en amont, et une partie plus courte en aval qui conduit l’eau dans l’oasis. Le troisième timbre de la série, représente la grande " kesria " d'Akbou Aougrout à Timimoun, dans le sud algérien.

A.P

Par : CHAOUKI-LI-QACENTINA

émission précédenteimage précédenteimage suivanteémission suivante



27/01/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 61 autres membres