CHAOUKI-LI-QACENTINA

CHAOUKI-LI-QACENTINA

(emission 05/1979) CHEIKH ABDELHAMID BEN BADIS (1889-1940)

Emission

05/1979

CARACTERISTIQUES

Dessinateur: BACHIR YELLES

Valeur faciale: 0,60 DA

Format: 25mm x 33mm

Dentelure: 11 ¾ x 11 ½

Imprimeur: Courvoisier.

Procédé d'impression: Héliogravure.

Remarque : Papier avec fragments de fils de soie.

Document philatélique: Une enveloppe illustrée 1er jour à 1,00 DA affranchie à 1.60 DA avec oblitération 1er jour illustrée

Vente 1er jour: Les Lundi 16 et Mardi 17 Avril 1979.

- à la Recette Principale des postes d’ALGER.

- à la Recette Principale des postes de CONSTANTINE.

- à la Recette Principale des postes de LAGHOUAT.

- à la Recette Principale des postes d’ORAN.

Vente générale: Le Mercredi 18 Avril 1979 dans tous les bureaux de poste.

N° Y&T: 700

N° AP : 369

 

CHEIKH ABDELHAMID BEN BADIS (1889-1940)

«Nous avons cherché dans l’histoire et dans le présent aussi et nous  avons constaté que la nation algérienne musulmane s’est formée et  qu’elle existe, comme se sont formées et existent toutes les nations de la terre. Cette nation a son histoire illustrée par les plus hauts  faits ; elle a son unité religieuse et linguistique ; elle a sa culture, ses traditions et ses caractéristiques ; bonnes ou mauvaises, c’est le  cas de toute nation sur terre. Nous disons que cette nation algérienne  n’est pas la France, ne veut pas être la France et ne peut pas  être la France.» 

[Abdelhamid Ben Badis dans la revue Echihab du mois d’avril 1936.] 

Cheikh Abdelhamid Ben Badis vit le jour le 5 décembre 1889 à Constantine où il s’éteignit le 16 avril 1940, épuisé par le long et  fougueux combat que sa vie durant il a consacré à la cause de son  pays. Avec quelques camarades de son âge, il commença à étudier et la langue nationale et la langue française. Mais très vite, il se révèle bien différent de ses compagnons.

L’une des constantes de son  caractère futur se manifeste dès cette époque : il brûle déjà du désir  d’apprendre, de comparer, de comprendre et de discuter. 

En 1908, le jeune Ben Badis se rend à l’Université Zaïtouna à Tunis  où pendant quatre années, il va tâcher de synthétiser, au contact  des plus grands penseurs de l’époque, les fragments d’un savoir  empreint d’une très forte coloration personnelle. 

Il quitte l’Université Zaïtouna en 1912 pour aller étudier en Orient. Lorsqu’il revint en Algérie, en 1921, les grandes lignes de sa pensée étaient déjà cristallisées : lutte contre la décadence, contre la  superstition et surtout lutte contre la dépersonnalisation entamée par  le colonialisme.  Trois ans après son retour d’Orient, le Cheikh Abdelhamid Ben  Badis, fonda, avec la collaboration de Cheikh Embarek El Mili, une  première école libre pour l’éducation de la jeunesse, la propagation  de la langue nationale et l’enseignement d’une morale  conforme à la dignité de l’Algérie. 

Comme journaliste, Ben Badis fut un exemple alliant l’éducateur, le  penseur et le révolutionnaire.  En 1926, il commença à écrire dans la revue Annadjah.  Peu après, avec la collaboration de quelques oulémas, il fonda la  revue Echihab. Il fut aussi le principal créateur de l’hebdomadaire  El Bassaïr (les visions de l’avenir) qui était l’organe officiel de  l’Association des oulémas. 

A une époque où toute allusion à l’Algérie en tant qu’entité était suspecte,  Ben Badis, lui, osait écrire et parler sans peur de l’Algérie, du  génie algérien, de la culture et des valeurs proprement  nationales. Penseur, homme d’action, orateur, journaliste, humaniste,  homme politique, écrivain réputé, l’immense variété des connaissances  du Cheikh Abdelhamid Ben Badis en faisait un esprit universel.

Téléchargement de la notice

P.T.T

Par : CHAOUKI-LI-QACENTINA

 

émission précédente image précédenteimage suivante émission suivant

 



18/05/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 61 autres membres