CHAOUKI-LI-QACENTINA

CHAOUKI-LI-QACENTINA

(emission 05/1989) AÉRODROMES D’ALGÉRIE

Emission

05/1989

CARACTERISTIQUES

Dessinateur: SID AHMED BENTOUNES  et MOHAMED  BOUSLAH

Valeur faciale: 2,90 – 3,30 et 5,00 DA

Format: 26mm x 36mm et 36mm x 26mm

Dentelure: 13

Imprimeur: Imprimerie de la Banque d'Algérie.

Procédé d'impression: Offset

Document philatélique: Une enveloppe 1er jour illustrée à 1,00 DA affranchie à 12,20 DA avec oblitération 1er jour.

Vente 1er jour: Les Jeudi 27 et Vendredi 28 Avril 1989 dans les Recettes Principales des postes D'ADRAR-ECH-CHELIFF- LAGHOUAT-OUM EL BOUAGHI-BATNA -BEJAIA-BISKRA-BECHAR-BLIDA-BOUIRA-TAMANRASSET- TEBESSA - TLEMCEN- TIARET- TIZI-OUZOU-ALGER-DJELFA-JIJEL-SETIF-SAIDA -SKIKDA-SIDI BEL ABBES-ANNABA-GUELMA-CONSTANTINE-MEDEA -MOSTAGANEM-M'SILA-MASCARA-OUARGLA ET ORAN.

Vente générale: Le Samedi 29 Avril 1989 dans tous les bureaux de poste.

N° Y&T: 946-947-948

N° AP : 622-623-624

 





 

AÉRODROMES D’ALGÉRIE

Instrument privilégié de développement et d’échanges, le transport  aérien occupe une place importante dans le système de transport  algérien.  A court et à moyen terme, le souci majeur est de rentabiliser les  infrastructures aéroportuaires et de procéder à leur réhabilitation. 

Le contexte géographique, le développement des zones industrielles  ou encore le transit rendent certaines régions du pays, notamment  le Sud, dépendantes dans une certaine mesure de l’usage de  l’avion. Dans le Nord, le développement des aéroports est axé en  général sur l’amélioration et le renforcement des liaisons aériennes  internationales. 

Les réalisations enregistrées en termes d’infrastructures ont engendré des changements remarquables permettant de doter l’Algérie  d’infrastructures aéroportuaires performantes. Partie intégrante du  domaine public de l’Etat, les aérodromes répartis sur l’ensemble du  territoire national ont bénéficié le 18 avril 1989, à la suite du décret  n° 89-50, d’une nouvelle classification. 

Cette dernière a pris en compte l’implantation ainsi que la répartition  harmonieuse des aérodromes à travers le vaste territoire national, qu’ils  soient ouverts à la circulation aérienne publique ou non, leurs caractéristiques  et leur capacité à faire face à l’exploitation des divers  services aériens. 

L’aérodrome international d’Oran-Es-Sénia est classé dans la  première catégorie. Il devient utilisable en toute circonstance.  Il est desservi par des aéronefs de grosse capacité, long- et moyen-courrier,  destinés aux services aériens internationaux et nationaux.  Il doit comporter toutes les infrastructures et équipements de  sécurité nécessaires à son exploitation technique et commerciale. 

Les aérodromes internationaux de Tébessa et Tamanrasset sont  placés dans la deuxième catégorie. Mêmes exigences pour Oran,  mis à part une desserte limitée aux appareils de capacité moyenne.  En 1987, le dispositif aéroportuaire est constitué de 30 aérodromes  ouverts à la circulation aérienne publique parmi lesquels 11 sont  ouverts au trafic international.

  Téléchargement de la notice

P.T.T

Par : CHAOUKI-LI-QACENTINA

émission précédente image précédenteimage suivante  émission suivante



23/06/2013
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 61 autres membres