CHAOUKI-LI-QACENTINA

CHAOUKI-LI-QACENTINA

Instantané : Benbadis se retourne dans sa tombe

La manifestation de solidarité avec Ghaza, organisée samedi par l’association du quartier «El Djezzarine» est louable à plus d’un titre d’autant que les palestiniens et les ghazaouis, en particulier, ont besoin du moindre témoignage de solidarité par ces temps de barbarie israélienne. Tout aurait été parfait, n’était le contenu du texte d’invitation adressé à la presse, truffé de contre-vérités historiques et de haine déplacée.

En effet, dans le texte en question, les organisateurs présentent la manifestation comme étant «une commémoration du 80e anniversaire de la révolte des habitants de Constantine contre les juifs». Le texte précise qu’il s’agit bien des évènements survenus en août 1934. Or, l’Histoire, notamment celle écrite sous la plume de Cheikh Abdelhamid Benbadis, ignore tout de cette prétendue révolte des constantinois contre les juifs.

Les affrontements éclatées entre le 3 et le 5 août 1934, ont eu lieu dans un autre contexte et jusqu’à cette date tragique, juifs et musulmans vivaient dans la fraternité et le respect mutuel. Pour la précision, ces juifs qui représentaient à l’époque environ 20% de la population locale, étaient des constantinois et non pas des étrangers ; ils vivaient là depuis 3000 ans et n’avaient pas d’autre pays.

A cette époque la haine du juif était le fait de certains européens et non pas des musulmans. Il y avait même un journal français qui portait le nom «L’anti juif». Il a suffi d’un incident banal pour allumer le feu. Un juif provoque un groupe de musulmans dans la cour de la mosquée Sidi Lakhdar et la situation bascule, faisant beaucoup de victimes des deux côtés. Le seul vainqueur dans ces joutes, c’est bien l’antisémitisme qui s’exprimait notamment chez Emile Morinaud, maire de Constantine, et qui intoxiquait les relations entre les deux communautés à petites doses.
D’ailleurs, le lendemain, l’imam Benbadis, et le rabbin de Constantine avaient travaillé ensemble pour éteindre la Fitna.

Au stade de la pépinière, sur lequel est érigé aujourd’hui le stade Hamlaoui, le Dr Bendjelloul et l’imam Benbadis avaient organisé un rassemblement pour appeler au calme. L’imam avait même publié un témoignage dans sa revue Chihab, rappelle l’historien Abdelmadjid Merdaci. Les faits historiques et le contexte de ces évènements sont à l’antipode des mots utilisés par l’association d’El Djezzarine. Et d’ailleurs, ce n’est pas la première ni la dernière fois que cette insupportable manipulation de l’histoire et de la religion est à l’œuvre de part et d’autre, souligne encore Merdaci. Soutenir Ghaza est un devoir, mais c’est contreproductif de tromper les populations.

Par / Nouri Nesrouche

El Watan 10/08/2014

http://www.elwatan.com/regions/est/constantine/instantane-benbadis-se-retourne-dans-sa-tombe-10-08-2014-267469_129.php



10/08/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 61 autres membres