CHAOUKI-LI-QACENTINA

CHAOUKI-LI-QACENTINA

Le Repas des Vautours


Vautour en son manteau de plumes - ( Encre sur Canson - 30 cm x40 cm)

Le " Repas des Vautours " est  une  très ancienne coutume constantinoise qui perdura jusqu'à la seconde moitié des années quarante. Elle ne concernait qu'une petite partie de la population, celle qui était composée d'Africains en majorité venus du Soudan. Des légendes l'expliquent. Soit :  leur ancêtre, roi du Soudan (homme juste et qui parlait aux animaux) avait été fait prisonnier au Tchad et avait été emmené sur le rocher qu'on nomma plus tard " Rocher de Sidi M'Cid " . Emmuré dans une tour qui comportait une ouverture en haut, il avait été nourri par  les vautours et l'avoir retrouvé   vivant fit figure de miracle   On le vénéra comme un saint homme, Sidi M'Cid, et il fut, à sa mort, enterré sur le rocher.

Soit  :  c'était un marabout noir, du Sud,  bon pratiquant mais qui eut la faiblesse, pendant le Ramadan, de manger du poulet . Dieu le punit en le transformant en vautour. Toujours est-il que la tradition de le fêter et prier chaque début Septembre s'établit.

Le Repas des Vautours - ( Très ) Vieille image

Voir cette fête, nommée la Zerda,   devait être un  tableau fort pittoresque ! Les fidèles qui habitaient la partie de la vieille ville qui dominait le ravin (au-dessus de la future Passerelle Perrégaux) , descendaient dans un grand charivari pour constituer une procession hétéroclite  de musiciens, possédés, guérisseurs (tolbas) etc ...

A cette époque les vautours abondaient. Avec d'autres rapaces, corbeaux et autres oiseaux, ils hantaient les ravins du Rhumel, lesquels avaient la réputation d'abriter des génies, des démons, au milieu des cris des oiseaux et les grondements des eaux profondes.

On qualifie le vautour de " charognard " , on le trouve peu sympathique, mais depuis l'Antiquité, bien des peuples l'ont considéré comme " passeur d'âmes " . En effet, doté de grandes ailes et volant très haut, il se rapproche de Dieu.

Il aime la chair déjà morte mais ... fraîche. Pour la Zerda, les fidèle lançaient à ces rapaces, des bouts de viande à la volée. On imagine l'excitation, les cris des hommes, le tam-tam déchaîné autour des bêtes que l'on sacrifiait.

Un texte, sur ce sujet, m'a semblé surprenant : il parle d'un  " vieux bouc " que l'on faisait rôtir sur le rocher de Sidi M'Cid : bizarre si c'était pour les vautours et tout aussi curieux si c'était pour les assistants !

Et bien sûr l'image du  bouc mis à rôtir, peut faire dériver notre esprit vers une tradition chère à tous les gens d'Algérie : le MECHOUI  si festif  et si convivial !

A suivre ..

Source / les 4 éléments

Article Publié le par Michèle Pontier-Bianco



15/05/2019
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 76 autres membres