CHAOUKI-LI-QACENTINA

CHAOUKI-LI-QACENTINA

(emission 04/1982) VUES D’ALGERIE AVANT 1830

Emission

04/1982

CARACTERISTIQUES

Dessinateur: D’APRES  PHOTO

Valeur faciale: 0,80 – 2,40 et 3,00 DA

Format: 32mm x 22mm

Dentelure: 14    

Imprimeur: Imprimerie Banque d’Algérie.

Procédé d'impression: Offset.

Document philatélique: Une enveloppe 1er jour illustrée à 1,00 DA affranchie à 7,20 DA avec oblitération illustrée 1er jour.

Vente 1er jour: Les Jeudi 13 et Vendredi 14 Mai 1982 dans les Recettes Principales des postes D'ADRAR-ECH-CHELIFF- LAGHOUAT-OUM EL BOUAGHI-BATNA -BEJAIA-BISKRA-BECHAR-BLIDA-BOUIRA-TAMANRASSET- TEBESSA - TLEMCEN- TIARET- TIZI-OUZOU-ALGER-DJELFA-JIJEL-SETIF-SAIDA -SKIKDA-SIDI BEL ABBES-ANNABA-GUELMA-CONSTANTINE-MEDEA -MOSTAGANEM-M'SILA-MASCARA-OUARGLA - ORAN.

Vente générale: Le Samedi 15 Mai 1982 dans tous les bureaux de poste.

N° Y&T: 759-760-761

N° AP : 428-429-430

 

 

 

VUES D’ALGERIE AVANT 1830

Avant 1830, l’Algérie constituait un Etat doté d’une organisation et d’une infrastructure qui lui conféraient le caractère de puissance  économique et maritime dans le Bassin méditerranéen. 

De par son appartenance au monde arabo-islamique et sa position géographique au sein du continent africain, l’Etat algérien avait une  dimension historique, politique, économique et culturelle qui avait  fait de lui un partenaire de choix dans la région. 

Creuset de plusieurs civilisations, l’Algérie fut aussi un réceptacle d’une grande diversité culturelle où venaient se fondre dans une  riche harmonie des modes de pensée et des formes d’expression  dont le génie créateur du peuple algérien était le liant, la source et  le levain.

Ainsi, infrastructures collectives, ports, mosquées, citadelles  militaires ont essaimé le paysage algérien au fil de l’histoire.

 L’héritage culturel légué par le temps et l’histoire montre combien l’Etat algérien symbolisait le reflet d’une nation forte et prospère qui reposait essentiellement sur les valeurs et l’éthique musulmanes, la spécificité de la pensée maghrébine et son dynamisme commercial et économique. 

La vie sociale reposait sur une organisation originale et parfaitement adaptée aux conditions matérielles et culturelles de l’époque. 

Une architecture fonctionnelle et adaptée au climat, aux mœurs et  aux coutumes donnait aux habitants de la ville un cadre de vie confortable.

La vie ordonnée autour de la mosquée, unique lieu de  rassemblement, abritait les artisans dont chaque corporation obéissait à des règles strictes. C’est ainsi que l’on retrouve les noms de  métiers dans les quartiers de nos vieilles villes : teinturiers, dinandiers,  potiers, tisserands, selliers, etc. 

De Tlemcen à Alger, de Béjaïa à Ouargla, de Médéa à la Kalaâ  des Béni Hammad, de Constantine à Oran, art, culture, histoire et  prospérité démontrent amplement la vigueur et la réalité de l’Etat  algérien avant 1830 dans sa symbiose des civilisations, la personnalité  de son peuple et son identité nationale.

Téléchargement de la notice

P.T.T

Par : CHAOUKI-LI-QACENTIN

émission précédente image précédenteimage suivante émission suivant



06/02/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 61 autres membres