CHAOUKI-LI-QACENTINA

CHAOUKI-LI-QACENTINA

(emission 10/1982) PROTECTION DE LA NATURE

Emission

10/1982

CARACTERISTIQUES

Dessinateur: KAMARDINE KRIM

Valeur faciale: 0,50 - 0,80 – 2,00 et 2,40 DA

Format: 29,81mm x 40,64mm et 40,64mm x 29,81mm

Dentelure: 14 ½  x 15     

Imprimeur: Harrison & Sons.

Procédé d'impression: Héliogravure.

Document philatélique: Une enveloppe 1er jour illustrée à 1,00 DA affranchie à 6,70 DA avec oblitération illustrée 1er jour.

Vente 1er jour: Les Jeudi 23 et Vendredi 24 Décembre 1982 dans les Recettes Principales des postes D'ADRAR-ECH-CHELIFF- LAGHOUAT-OUM EL BOUAGHI-BATNA -BEJAIA-BISKRA-BECHAR-BLIDA-BOUIRA-TAMANRASSET- TEBESSA - TLEMCEN- TIARET- TIZI-OUZOU-ALGER-DJELFA-JIJEL-SETIF-SAIDA -SKIKDA-SIDI BEL ABBES-ANNABA-GUELMA-CONSTANTINE-MEDEA -MOSTAGANEM-M'SILA-MASCARA-OUARGLA - ORAN.

Vente générale: Le Samedi 25 Décembre 1982 dans tous les bureaux de poste.

N° Y&T: 772-773-774-775

N° AP : 442-443-444-445

 

 

 

PROTECTION DE LA NATURE

L’avifaune algérienne, dans sa totalité ou en partie, subit ou est  menacée par la chasse, l’augmentation de l’usage des pesticides,  la suppression ou l’altération de biotopes. 

Un développement et un renforcement des mesures de protection  appropriées des oiseaux et de leur milieu deviennent indispensables  en particulier pour les espèces les plus menacées. 

Les quatre espèces suivantes font partie des oiseaux les plus rares  et les plus menacés en Algérie. 

L’IBIS CHAUVE Geronticus eremita  (CICONIIFORMES)

De l’ordre des ciconiiformes, l’ibis chauve est un oiseau de 75 cm  au long bec recourbé. Sa tête, de couleur rouge comme le bec et  les pattes, est nue. Le reste du plumage est noir avec des reflets vert  bronze, à l’exception des petites couvertures des ailes qui sont  pourprées. Les plumes du cou sont allongées et forment une  collerette qui flotte au vent et donne un aspect hirsute à l’oiseau. 

L’ibis chauve niche sur des parois rocheuses en zone désertique.  Les nids sont relativement petits. La ponte est de 3 œufs, parfois 2.  L’incubation dure 24 à 25 jours, mais généralement un seul  oisillon est élevé.  L’ibis chauve est une espèce très localisée qui se fait de plus en plus  rare. Il ne reste actuellement qu’une seule colonie en Algérie. 

L’AIGLE DES STEPPES Aquila rapax  (FALCONIFORMES)

Ce rapace de grande taille, 65 à 80 cm de longueur pour une  envergure de 1,55 à 1,70 m, appartient à la famille des falconidés.  Le plumage varie du beige au brun foncé, avec la queue barrée  de gris. 

Il niche à terre ou sur un arbre élevé. Le nid est plat avec une légère  dépression (pour maintenir les œufs). La ponte est généralement  de 2 œufs. Le plus souvent, un seul oisillon quitte le nid une  cinquantaine de jours après l’éclosion. 

L’aigle des steppes, répandu au XIXe siècle, est devenu très rare.  Actuellement, il semble dispersé de part et d’autre de l’Atlas tellien. 

C’est le plus rare des aigles d’Algérie.

LE GYPAETE BARBU Gypaetus barbatus  (FALCONIFORMES)

De la famille des falconidés, c’est un grand vautour à l’allure de  faucon. Sa tête emplumée est claire presque blanche et parsemée  de petits traits noirs. Elle présente une large bande noire, en travers  de l’oeil, terminée en avant par une touffe de plumes (appelée barbe)  recouvrant une partie du bec. Les ailes, de couleur gris sombre, sont  longues et effilées. La queue est sombre et cunéiforme. Le dessous  est blanc crème à blanchâtre avec du roux sur la gorge et la  poitrine. Le dessus est foncé. 

Il niche sur des parois rocheuses. Le nid est très gros tapissé de poils,  de laine, de cordes et de chiffons. La ponte est le plus souvent  de 2 œufs et l’incubation d’environ 55 jours. 

Le gypaète barbu était largement répandu au siècle dernier dans  tout le Maghreb. Mais il est devenu de plus en plus rare depuis le  début de notre siècle. On le rencontre en certains points de l’Atlas  tellien uniquement. Il est très rare dans l’Atlas saharien. 

C’est une espèce qui est en voie de disparition actuellement.  Le nombre de couples en Algérie est vraisemblablement inférieur à  la dizaine. 

L’OUTARDE HOUBARA Chlamydotis undulata  (GRUIFORMES)

De la famille des gruidés, cet oiseau est de taille moyenne, 64 cm  de longueur, au cou élancé et à grandes pattes. Le dessus est roux  ou plus ou moins vermiculé. L’outarde a sur la tête une huppe  blanche terminée de noir. Les côtés du cou sont ornés de touffes de  plumes blanches et noires qui s’écartent vers l’extérieur. Le ventre  est blanc, mais la poitrine est souvent vermiculée. La queue est  barrée de bleu.

Elle marche ou court plus souvent qu’elle ne vole. 

Elle ne construit pas de nid, sa ponte de 2 à 3 œufs est déposée  dans une légère dépression. Pendant les années sèches ou lorsque  les précipitations sont insuffisantes, la ponte n’a pas lieu. 

L’outarde houbara est une espèce des steppes semi-désertiques.  Son aire de répartition s’est considérablement réduite depuis  quelques dizaines d’années du fait de la chasse essentiellement.

Téléchargement de la notice

P.T.T

Par : CHAOUKI-LI-QACENTINA

 

émission précédente image précédenteimage suivante émission suivante



04/02/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 61 autres membres