CHAOUKI-LI-QACENTINA

CHAOUKI-LI-QACENTINA

(emission 13/1985) TISSAGES

Emission

13/1985

CARACTERISTIQUES

Dessinateur: ALI KERBOUCHE

Valeur faciale: 0,80 – 1,40 – 2,40 et 2,80 DA

Format: 31,4mm x 38,1mm

Dentelure: 11 ½ x 11 ¾   

Imprimeur: Courvoisier.

Procédé d'impression: Héliogravure.

Document philatélique: Une enveloppe 1er jour illustrée à 1,00 DA affranchie à 8,40 DA avec oblitération illustrée 1er jour.

Vente 1er jour: Les Jeudi 19 et Vendredi 20 Décembre 1985 dans les Recettes Principales des postes D'ADRAR-ECH-CHELIFF- LAGHOUAT-OUM EL BOUAGHI-BATNA -BEJAIA-BISKRA-BECHAR-BLIDA-BOUIRA-TAMANRASSET- TEBESSA - TLEMCEN- TIARET- TIZI-OUZOU-ALGER-DJELFA-JIJEL-SETIF-SAIDA -SKIKDA-SIDI BEL ABBES-ANNABA-GUELMA-CONSTANTINE-MEDEA -MOSTAGANEM-M'SILA-MASCARA-OUARGLA - ORAN.

Vente générale: Le Samedi 21 Décembre 1985 dans tous les bureaux de poste.

N° Y&T: 854-855-856-857

N° AP : 526-527-528-529

 





 

TISSAGES

De par la place qu’il occupe, le tissage est considéré comme  l’industrie domestique principale de la vie rurale. 

C’est juste après la tonte des moutons que les femmes, après avoir  préparé la laine, confectionnent les tissages nécessaires aux besoins  de la famille. Les vêtements comme les tapis sont exécutés sur métier  vertical (haute lisse). Tous les tissus qui entrent dans la confection de la tente et ceux qui  servent au harnachement des bêtes de somme sont faits sur métier  horizontal (basse lisse). Le tissage des vêtements est généralement  plus fin chez les sédentaires que chez les nomades et ne demande  que peu de matières premières. 

Les tissages de Kabylie :

En Grande Kabylie, les tissus sont généralement composés de motifs  géométriques dessinés en fine laine blanche très retordue sur fond  sombre : bleu, vert et brun foncé. Ces motifs très décoratifs sont si  ténus qu’on les croirait brodés. Ils sont disposés en bandes  transversales. 

En Petite Kabylie, les pièces tissées ont une tonalité blanche et rouge  avivée de notes jaunes et vertes que font jouer des cernes bleu foncé. Le principe de l’ornementation des tissus est à peu près le même  que celui de Grande Kabylie. 

Les tissages de la Soummam, quant à eux, sont caractérisés par la  présence de deux larges bandes rouge garance séparées par une  bande centrale plus étroite. Elles sont divisées en compartiments par  de minces lignes blanches et remplies d’un décor formé par la  répétition d’un même motif se détachant en blanc sur le fond rouge. 

Les Tissages du Sud : 

Ils ont une composition très voisine des tissus de Kabylie. Le fond  blanc de la pièce tissée est simplement divisé en bandes colorées  perpendiculaires aux lisières ou, ajoutée à cette division, une autre  en zones longitudinales formées par deux larges bordures rouges  séparées par la bande centrale en fond blanc. 

Dans les tentures du Tinerkouk, des rectangles de couleur très  foncée, parfois noire, se détachent sur le centre blanc. 

Dans les tissages dits doukala des oasis du Touat et du Gourara,  on associe la laine de coton. 

Les tissages des Aurès :

A l’inverse des vêtements, les motifs géométriques des couvertures,  des coussins, des musettes sont plus variés. Ils comprennent  principalement des points, des lignes droites ou brisées, des carrés,  des triangles…  Mais c’est surtout le losange qui constitue le dessin favori. Des  losanges inscrits les uns dans les autres, grands losanges subdivisés  en petits losanges.

Des rayures simples ou composées de largeurs  diverses sont utilisées pour accentuer la division par bandes de motifs  de couleur blanche, orange, marron, noire, bleue, verte.

 Dans certains tissages sont mélangés à la laine des poils de chèvre  et/ou de chameau. 

Les Tissages du M’zab :

Le tissage, activité essentiellement féminine au M’zab, a fait la  renommée de cette région. Des produits diversifiés tels les gandouras  ou les châles, mais aussi les magnifiques tapis – ras et épais,  noués ou

Tissés-issus du tissage traditionnel subsistent encore.  Les motifs géométriques qui ornent ces produits rappellent effectivement  ceux d’autres régions. Ils sont inspirés par les formes des  objets usuels chandelier, peigne à tasser, clé ou rappellent des animaux : crapaud, scorpion. Ils se singularisent par leurs couleurs et  l’harmonie des compositions.

Le tissage a donné lieu à une activité  économique importante et il prenait un temps considérable. 

Les femmes mozabites se devaient ainsi de passer autant de temps  aux activités ménagères que sur les métiers à tisser.

  Téléchargement de la notice

P.T.T

Par : CHAOUKI-LI-QACENTINA

 

émission précédente image précédenteimage suivante émission suivante

 



19/11/2013
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 61 autres membres