CHAOUKI-LI-QACENTINA

CHAOUKI-LI-QACENTINA

(emission 08/1978) BIJOUX

Emission

08/1978

CARACTERISTIQUES

Dessinateur: MOHAMED TEMMAM

Valeur faciale: 1,20 – 1,35 et 1,40 DA

Format: 25,6mm x 36,3mm

Dentelure: 11 ¾

Imprimeur: Courvoisier.

Procédé d'impression: Héliogravure.

Remarque : Papier avec fragments de fils de soie.

Document philatélique: Une enveloppe illustrée 1er jour à 1,00 DA affranchie à 4.95 DA avec oblitération 1er jour illustrée

Vente 1er jour: Les Jeudi 21 et Vendredi 22 Décembre 1978.

- à la Recette Principale des postes d’ALGER.

- à la Recette Principale des postes de CONSTANTINE.

- à la Recette Principale des postes de LAGHOUAT.

- à la Recette Principale des postes d’ORAN.

Vente générale: Le Samedi 23 Décembre 1978 dans tous les bureaux de poste.

N° Y&T: 693-694-695

N° AP : 361-362-363

 

 

BIJOUX

L’art de fabriquer les bijoux est fort ancien en Kabylie. Le centre de fabrication le plus important est constitué par les petits villages d’Aït Larba, Taourirt Mimoun, Aït Lahsen, Agouni Ahmed et Taourirt El Hadjedj, villages perchés au sommet des pitons de Béni Yenni.

Ces villages sont célèbres pour leurs bijoux ornés de cabochons de corail et surtout pour la technique des émaux filigranés. Cette technique savante a été vraisemblablement introduite au XVe siècle par les émigrés andalous à Bougie.

Abandonnée plus tard par les artisans de la ville, elle s’est réfugiée chez les Béni Yenni où les artisans la conservent jalousement et se la transmettent de père en fils depuis des siècles.

L’art des émaux exige une grande habileté et une grande patience.

La fabrication d’une boucle d’oreille émaillée ne nécessite pas moins de cinquante-six gestes techniques : préparation des différentes pièces d’argent pour l’anneau et la calotte, préparation du fil destiné à confectionner les alvéoles qui recevront l’émail (filigrane) et, enfin, l’émaillage, une opération délicate qui consiste à déposer l’émail à l’aide d’une curette dans les interstices limités par les fils d’argent soudés et à les faire cuire dans le four.

Après l’émaillage vient l’opération du traitement et du montage du corail. Le corail doit être meulé, limé et poli avant d’être placé dans la sertissure à l’aide de cire ramollie au feu.

Fibule triangulaire C’est une plaque triangulaire portant, adjacents à la base, deux triangles émaillés et surmontée au sommet d’une plaque arrondie et de deux volutes. Elle est décorée de filigrane, d’émaux et de coraux et de boules d’argent. Le verso est toujours richement orné.

La fixation des fibules aux vêtements est assurée par un ardillon riveté à la base de la plaque triangulaire et passant dans un anneau. Les fibules triangulaires servent à maintenir le voile sur les épaules.

Broche C’est une broche formée d’une plaque en argent au milieu de laquelle une ouverture variant de 1 à 2 cm de diamètre permet d’adapter un système de fermeture assuré par une épingle soudée sous une plaque d’argent circulaire de même diamètre que l’orifice.

Elle est décorée sur la face supérieure de cinq boules de corail, alternant régulièrement avec des émaux bleus, jaunes et verts. Le verso est également décoré d’émaux. Elle est agrémentée de pendeloques. La fibule était offerte à la femme à l’occasion de la naissance de son premier garçon. Elle se porte sur le front ou sur la poitrine.

Chevillière Il en existe deux types. Les plus anciennes sont rétrécies dans la partie centrale, opposée à l’ouverture, et donc plus hautes sur les bords.

Les autres sont cylindriques. Dans les plus anciennes, les décors sont essentiellement géométriques. Dans les autres prédominent les rinceaux et les lignes courbes. L’élément permanent est la sertissure de gros cabochons de corail.

L’émaillage n’est pas utilisé pour décorer le corps principal. Il est disposé de part et d’autre des charnières où se dissimule le crochet de fermeture. Dans cette chevillière, le corps du bijou a été décoré de motifs incisés sur plomb. Entre deux lignes serpentiformes, un décor de rinceaux porteurs de volutes.

Dans la zone centrale sont sertis trois cabochons de corail. Le crochet de fermeture est dissimulé par une place divisée en trois registres carrés. Le registre central porte en son milieu une calotte  émaillée.

Les deux autres sont ornés d’un cabochon de corail. Aux angles des carrés sont disposées des perles d’argent.

Téléchargement de la notice 

P.T.T

Par : CHAOUKI-LI-QACENTINA

 

émission précédente image précédenteimage suivante émission suivant



24/05/2014
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 61 autres membres