CHAOUKI-LI-QACENTINA

CHAOUKI-LI-QACENTINA

(emission 09/1983) TASSILI – PATRIMOINE MONDIAL

Emission

09/1983

CARACTERISTIQUES

Dessinateur: ABDELMADJID CHAÏR

Valeur faciale: 0,80 – 0,80 - 2,40 et 2,80 DA

Format: 31,2mm x 36,8mm

Dentelure: 13   

Imprimeur: Setelipaino.

Procédé d'impression: Offset.

Document philatélique: Une enveloppe 1er jour illustrée à 1,00 DA affranchie à 7,50 DA avec oblitération illustrée 1er jour.

Vente 1er jour: Les Jeudi 20 et Vendredi 21 Octobre 1983 dans les Recettes Principales des postes D'ADRAR-ECH-CHELIFF- LAGHOUAT-OUM EL BOUAGHI-BATNA -BEJAIA-BISKRA-BECHAR-BLIDA-BOUIRA-TAMANRASSET- TEBESSA - TLEMCEN- TIARET- TIZI-OUZOU-ALGER-DJELFA-JIJEL-SETIF-SAIDA -SKIKDA-SIDI BEL ABBES-ANNABA-GUELMA-CONSTANTINE-MEDEA -MOSTAGANEM-M'SILA-MASCARA-OUARGLA - ORAN.

Vente générale: Le Samedi 22 Octobre 1983 dans tous les bureaux de poste.

N° Y&T: 794-795-796-797

N° AP : 464-465-466-467

 

 

 

TASSILI – PATRIMOINE MONDIAL

Le Tassili vient d’être classé au patrimoine mondial en octobre 1982  du fait des valeurs universelles qu’il représente sur le double plan  naturel et culturel. 

Sur ce vaste plateau gréseux, les phénomènes géologiques ont laissé  des traces multiples. Ainsi, on peut y reconnaître les alternances  d’épisodes humides et arides, les vallées d’oueds fossiles et les  profonds canyons contrastant avec l’aridité actuelle. On y découvre  aussi, dans quelques endroits encaissés et privilégiés, de nombreuses  espèces végétales et animales, témoin d’un passé moins sec, qui se  sont aujourd’hui adaptées à des conditions extrêmes, comme le tarout  (Cupressus dupreziana) ou le mouflon à manchettes (Ammotragus  lervia) ou encore diverses espèces de reptiles. Le plateau abrite des  écosystèmes d’un grand intérêt pour la science et qu’il faut préserver  à tout prix.

Le contraste est flagrant entre, d’une part, le climat actuel  extrêmement aride et cette faune et cette flore qui essaient  d’y subsister et, d’autre part, les images si diverses et si vivantes et  colorées peintes ou gravées sur les roches. 

Ces lieux ont vu s’épanouir et se succéder de nombreuses  civilisations du néolithique saharien et du post-néolithique pendant  5 à 6 millénaires. Leurs traces sont visibles sur les parois dans des  centaines, voire des milliers d’abri-sous-roche, sur les falaises, sur  les dalles et des blocs rocheux en bordure des oueds, devant et aux  alentours des abris. Ce sont d’extraordinaires peintures où sont  représentés hommes, animaux et surtout de magnifiques troupeaux  de bovidés. Ce sont des gravures impressionnantes de toute une  faune maintenant disparue de ces latitudes : éléphants, girafes,  rhinocéros, hippopotames. Ce sont encore des quantités d’objets  fabuleux : poteries, perles, instruments de meulerie, sculptures. 

Le Tassili recèle des témoignages uniques des activités de ces  peuples de la préhistoire et de la protohistoire, de leur grande  maîtrise dans le domaine de l’art, mais aussi du drame qui s’est joué  là comme dans tout le Sahara : la désertification, la disparition des  pâturages, l’assèchement des oueds et la nécessité de s’adapter.

Téléchargement de la notice

P.T.T

Par : CHAOUKI-LI-QACENTINA

 

émission précédente image précédenteimage suivante émission suivante

 



15/01/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 61 autres membres