CHAOUKI-LI-QACENTINA

CHAOUKI-LI-QACENTINA

(emission 06/1983) CHAMPIGNONS

Emission

06/1983

CARACTERISTIQUES

Dessinateur: KAMARDINE KRIM

Valeur faciale: 0,50 – 0,80 - 1,40 et 2,80 DA

Format: 25,81mm x 36,64mm

Dentelure: 14 ½ x 15   

Imprimeur: Harrison & Sons

Procédé d'impression: Offset.

Document philatélique: Une enveloppe 1er jour illustrée à 1,00 DA affranchie à 6,50 DA avec oblitération illustrée 1er jour.

Vente 1er jour: Les Jeudi 21 et Vendredi 22 Juillet 1983 dans les Recettes Principales des postes D'ADRAR-ECH-CHELIFF- LAGHOUAT-OUM EL BOUAGHI-BATNA -BEJAIA-BISKRA-BECHAR-BLIDA-BOUIRA-TAMANRASSET- TEBESSA - TLEMCEN- TIARET- TIZI-OUZOU-ALGER-DJELFA-JIJEL-SETIF-SAIDA -SKIKDA-SIDI BEL ABBES-ANNABA-GUELMA-CONSTANTINE-MEDEA -MOSTAGANEM-M'SILA-MASCARA-OUARGLA - ORAN.

Vente générale: Le Samedi 23 Juillet 1983 dans tous les bureaux de poste.

N° Y&T: 787-788-789-790

N° AP : 457-458-459-460

 

 
 

 

CHAMPIGNONS

AMANITA PHALLOIDES 

Ce champignon de la famille des amanites est communément  appelé amanite phalloïde, amanite bulbeuse, oronge ciguë verte,  oronge verte. 

Il est caractérisé par un chapeau charnu, d’abord sphérique  ou ovoïde, puis étalé (5 à 12 cm), luisant par temps sec, un peu  visqueux par temps humide, de coloration variable, ordinairement  olivâtre ou vert jaunâtre, parfois même vert, jaune ou blanchâtre. 

Sa surface est finement rayée de petites fibrilles brunes ou noires  rayonnant à partir du centre et à la marge lisse. 

Ses lamelles inégales sont blanches avec un léger reflet verdâtre ou  jaunâtre.  Son pied est élancé, charnu, plein, souvent un peu creux chez le  champignon âgé, blanchâtre, renflé à la base en un bulbe plus ou  moins gros, anneau membraneux, rabattu, strié. 

Sa volve membraneuse, en forme de sac, est épaisse, toujours bien  visible et persistante.  Sa chair blanche à l’odeur faible ne devient désagréable que quand  le champignon est trop âgé. Sans saveur, mais devenant légèrement  âcre à la fin. 

Les spores blanches, hyalines, subglobuleuses sont légèrement  ovales à la base. 

L’amanite phalloïde croît dans les bois feuillus et enchevêtrés,  surtout sous les chênes, en été et en automne. Vénéneux, ce  champignon est le plus dangereux : son ingestion cause des  accidents très souvent mortels.

AMANITA MUSCARIA 

De la famille des amanites, ce champignon est communément  appelé fausse oronge ou amanite tue-mouches.

Il se caractérise par  son chapeau convexe, puis étalé (8 à 20 cm), charnu, humide ou  un peu visqueux, rouge ou rouge orangé, couvert de nombreuses  verrues blanches ou un peu jaunâtres, rarement nu.

La marge est  striée chez l’adulte. 

Ses lamelles sont serrées, larges et ventrues, libres, blanches ou  teintées de citrin.

Son pied presque cylindrique, plein, puis creux,  lisse, blanc, renflé à la base en bulbe arrondi, est orné de bourrelets  concentriques, d’anneaux blancs ou bordés de jaunâtre.

Sa chair  blanche, orangée sous la cuticule du chapeau, a une saveur douce. 

Ses spores blanches, hyalines, lisses sont ellipsoïdales. 

Cette belle espèce se rencontre en automne dans les bois au  voisinage des conifères et des bouleaux.

 La fausse oronge doit être considérée comme vénéneuse, bien que  non mortelle.

Toutefois, dans certaines régions, on la consomme  sans accident. 

PLEUROTUS ERYNGII 

De la famille des pleurotes, ce champignon est communément  appelé pleurote du panicaut, oreille de chardon, ragoule, ringoule  ou bérigoule.

Ce champignon est caractérisé par un chapeau  charnu, ferme, convexe, puis déprimé, à bords relevés (5 à 12 cm)  légèrement tomenteux, puis glabre, gris brun ou bistré, pâlissant,  parfois ocre pâle ou même blanchâtre.

Ses lamelles sont larges, peu  serrées, blanches ou blanc ocre. Son pied est plein, central ou excentrique,  atténué, à la base lisse, glabre, blanc ou blanchâtre. 

Sa chair épaisse est ferme, blanche, à la saveur et à l’odeur presque  nulles. Ses spores hyalines, blanches en tas, oblongues, aiguës à la  base, lisses, sont assez variables de dimensions 8 à 15 x 3 à 6 microns. 

Ce champignon croît en été et en automne sur les vieilles souches des panicauts dans les lieux découverts : pelouses sèches, bord des chemins et sable.

C’est un comestible délicat qui peut se dessécher  facilement. 

TERFEZIA LEONIS 

De la famille des tubérales, ces champignons mycorhiziques sont  fréquents en Afrique du Nord, sur les Hauts Plateaux précisément,  où ils se développent sur les racines d’hélianthèmes, d’Arthemisia  herba alba et de Plantago albicans notamment. Leurs périthèces  hypogés de la taille d’une pomme de terre constituent les terfès ou  truffes blanches, comestibles, mais sans grande saveur.

Téléchargement de la notice

P.T.T

Par : CHAOUKI-LI-QACENTINA

émission précédente image précédenteimage suivante  émission suivante



15/01/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 61 autres membres